Tous les articles par admin

Idylle échiquéenne

Poupard en reste (Ali) Baba

Se faire voir par un Grec

Faites Vous La Main

Jean-Robert nous commente sa partie au cours du match de Nationale contre Oyonnax Dortan.

L’immortelle de Guillaume

Guillaume, dans l’énergie de ses 15 ans, affronte et malmène le vieux routier et ex-tépégiste Robert Viatte.

viatte
Robert Viatte

DEUX RÉFLEXION AU SUJET DE « L’IMMORTELLE DE GUILLAUME »

JR
28 novembre 2016 À 10 h 02
Un ado qui promettait à l’époque! Belle partie d’attaque.
Je note que plus jeune, tu jouais 1.e4!

guillaume
28 NOVEMBRE 2016 À 19 H 50
Exact JR. A l’époque je ne jouais que 1.e4 mais le poids des années m’oblige à modifier ma façon de jouer. Cela sera pire dans 20 ans.

mig25
30 novembre 2016 À 21 h 20
Le poids des ans ? Mais tu n’es encore qu’un gamin !

guillaume
2 décembre 2016 à 9 h 58
Mon cher mig25. Je suis certes plus jeune que toi mais néanmoins plus si jeune que cela. Le fait de me « traiter  » de gamin te permets sans doute de croire que tu es un ado mais il n’en est rien.

Quand les blancs sacrifient un N en d5

Bernard nous commente deux de ses parties récentes :

En une semaine, j’ai dû lutter deux fois contre ce sacrifice des blancs : la première contre Christophe Claverie (MI 2342) lors de l’open de la Toussaint et la seconde contre Jean-Robert Vesin (MF 2202) dans le tournoi interne samedi dernier.



Annexe : partie jouée en 2006 match Dôle-Tpg 2

Je donne cette partie sans commentaire. Elle permettra aux observateurs de se faire une idée sur la façon dont on jouait il y a 10 ans. D’autre part, elle indique que souvent l’histoire se répète…

Dans les deux parties jouées contre Jean Robert à 10 ans d’intervalle, il est curieux de constater quelques similitudes :

  • le résultat ;
  • la finale avec des fous de couleurs opposées. Si vous voulez faire nulle avec Jean Robert, c’est facile. Je vous conseille une finale avec des fous de couleurs opposées ! Par contre, pour gagner contre lui, je n’ai pas la solution. Je la cherche depuis bientôt quarante ans… Pas encore trouvée ;
  • et le plus troublant dans les deux parties de 2006 et 2016, j’ai à chaque fois joué le pion a d’abord en a6 puis en a5. De plus, quand j’ai joué a6 a5, dans les deux parties cela s’est produit au 16e coup dans des ouvertures pourtant très différentes ! Pour moi, cela doit être obsessionnel, car à la quatrième ronde de l'Open de la Toussaint contre Xavier Genet, j’ai joué les mêmes coups a6 et a5 dans une partie du pion dame !

Je souhaiterais conclure ainsi : Me revient en mémoire ce que disait un ancien tépégiste, René Chavetnoir, pour qui nous avons tous une pensée amicale et bienveillante. René disait parfois : "Aux échecs, il faut toujours jouer les coups qui vont le plus loin", pour moi ce serait plutôt le contraire !

Bernard Pellaton
pellaton

L’espoir déçu du président

Jean-Robert nous commente sa partie contre notre président qui ne s’en remettra pas de sitôt !

Guillaume, le retour !

sermierGuillaume, pour marquer son retour parmi nous, nous offre cette partie jouée l’année dernière dans la Mitropa Cup. La Mitropa Cup est une compétition annuelle par équipes nationales créée en 1976 à l’initiative de Gertrude Wagner, joueuse autrichienne et arbitre internationale, de son époux Karl et du président de la fédération autrichienne d’échecs, Kurt Jungwirth. La première édition de la coupe a lieu en 1976 à Innsbruck (Autriche) et réunissait les équipes masculines d’Allemagne, d’Autriche, d’Italie, du Luxembourg, de Suisse et de Yougoslavie, l’Autriche et la Yougoslavie ayant chacune deux équipes. 

UNE RÉFLEXION SUR “ GUILLAUME, LE RETOUR ! ”

Analyse de partie

dsc04487
Bernard Pellaton et Giuseppe Coratella

L’ami Giuseppe nous quitte, mais rassurez-vous, que pour la période estivale. Notre géant nous revient en septembre après des vacances transalpines. Pour fêter son année passée parmi nous, Giuseppe nous a offert, en plus de son sourire, un petit verre de vin de son beau pays qui nous a mis un petit brin de soleil d’Italie sur les papilles et cette belle partie gagnée de fort belle manière.


Plus de photos

Gagner une partie gagnante…?

Jean-Robert Vesin nous écrivait en 2012 : “J’ai participé au tournoi d’Échecs du Cap d’Agde. Après une entame de tournoi très difficile, car avec 2 parties gagnantes, j’ai finalement obtenu ½ sur 2. En guise de modeste contribution, je vous propose donc ces deux parties commentées. L’article pourrait s’appeler “Gagner une partie gagnante…?”.  Jean-Robert terminera le tournoi avec 5 ½ sur 9.


La digestion de la partie nulle de la ronde 1 fut , comme vous pouvez l'imaginer, assez difficile ; j'ai ressassé et ressassé la partie et essayer de comprendre la raison de la "non conclusion" de cette partie par un gain très facile. Bref, j'aborde la ronde 2 dans un état psychologique assez fébrile.

La Gloire de Lastar

lastar
Le MI Marc Lesky et notre valeureux capitaine Lastar Toch

Dimanche, notre capitaine de l’équipe 2, Lastar Toch, affrontait un gros poisson, le MI Marc Leski.
Lastar nous commente sa partie.

3 réflexions sur “ La Gloire de Lastar ”

  1. Bravo Lastar! Belle performance! J’ai connu Marc Leski en 1976 (hé oui cela ne nous rajeunit pas) au championnat de France Cadets au Havre. Nous étions plusieurs par chambres, et il était dans la mienne, et à la dernière ronde il devait affronter la star (Lastar…) du moment Marc Santo-Roman, avec les Noirs pour le titre, grosse préparation avec la scandinave au menu. Leski était connu pour ne jouer que la Pirc sur 1. e4... Mais petite surprise au moment de jouer son premier coup... Santo-Roman entame d’un 1.e4 très déterminé, Leski prend le pion d, le pousse d’un cran, marque un tempo, regarde Santo-Roman avec un petit sourire narquois, et pousse à nouveau d’un cran son pion. Nous étions donc maintenant dans une scandinave (avec Dxd5), surprise pour Santo-Roman qui ne s’y attendait pas du tout et la partie a tourné à l’avantage des Noir... Nul doute que Santo-Roman s’était laissé piéger psychologiquement par Leski... voulant punir (trop rapidemment) ce manant qui l’avait défié. Et Leski est devenu Champion de France. A l’époque, je m’étais senti très impliqué car étant dans le secret de la préparation…Encore Bravo à Lastar pour ce résultat !!

Coup d’Aspirateur

« Bonjour à tous,
J’ai retrouvé, nous écrit Jean Robert Vesin, cet exemplaire du Bulletin de l’Équipe de Ligue qui donne des informations sur cette période (fin 1983 / début 1984) et où en page 11, vous trouverez la partie que j’avais gagnée et commentée contre notre ami Bernard lors du championnat de Besançon (que j’avais remporté également). Pour l’anecdote, Bernard, à l’époque, avait eu du mal à digérer cette partie, m’avouant qu’on ne l’avait jamais traité ainsi… Il est vrai qu’avec les Noirs, j’avais extirpé le Roi Blanc de son roque pour l’emmener se faire mater en h7… Amicalement. »

Môssieu Nicolas

Les Mésaventures d’un Mulet

Bourderies...

“Personne n’a jamais gagné en abandonnant” disait Tartakover, mais…