Archives par mot-clé : Jadis

Joueurs de tous les pays, unissez-vous !

Fernand Mamy et le Roi blanc – Une coupure de presse d’origine inconnue

Quelques souvenirs du Roi Blanc Bisontin par Bernard Pellaton

Étudiant à Besançon, je suis arrivé par hasard au Roi Blanc Bisontin fin 1972. Le Président était Roland Scamps. Je pense (je n’en suis pas sûr) qu’il avait dû succéder à Fernand Mamy. À cette époque, il y avait eu, comme c’est assez bien relaté dans les coupures de presse du Comtois que Claude a retrouvé, quelques « différents » avec les responsables de la TPG, souvent qualifiés de « bourgeois élitistes » à peine capables de maintenir leurs supposées prérogatives sur les échecs bisontins. Pour caricaturer, les tépégistes fumaient le cigare et jouaient dans les cafés (plutôt une brasserie assez chic) alors que les responsables du Roi Blanc Bisontin¹ travaillaient pour « le peuple » à la MJC de la Grette. C’est à peu près ainsi qu’on m’avait décrit le paysage échiquéen bisontin.

Maurice Thuriet et Fernand Mamy, les présidents de la Tpg et du Roi Blanc

Une autre scission eut lieu aussi à l’intérieur du Roi Blanc. Les meilleurs joueurs, Max Coulon et Fernand Mamy, Jacob (c’est son nom, je ne me souviens plus de son prénom) et Jean Paul Bourgeois, ne pouvant plus participer au championnat par équipe régional², ont décidé de créer une structure « les indépendants » qui leur permettrait de jouer cette compétition. De sorte que le Roi Blanc Bisontin, qui avait encore je pense une quarantaine d’adhérents, dont Jean Sermier et Alain peut-être un peu plus tard, quand je suis arrivé, a perdu peu à peu de son influence et je me suis retrouvé cinq ans après en 1978 bien seul. Entre temps, on m’avait refilé la présidence que j’avais accepté maladroitement. Et arriva ce qui devait arriver… Un vendredi soir de novembre, seul dans cette grande salle de la Maison de la Grette et au bord de la déprime, j’ai décidé de rejoindre avec tout le matériel les tépégistes. J’avais peur qu’on ne m’accepte pas, mais grâce à mon niveau échiquéen déjà fort correct à l’époque (mon elo était je crois de 1940³) tout se passa bien. Et depuis maintenant 40 ans, je suis fidèle à la TPG. Bien sûr, je n’ai jamais dissous officiellement le Roi Blanc. Jamais trop prudent, je m’étais dit qu’en cas de naufrage de la TPG, une structure existante, même en sommeil, pourrait être utile.

À cette époque, les échecs bisontins étaient très dynamiques puisqu’un quatrième club existait : le Club Universitaire dirigé par Bruno Aebischer, considéré à l’époque comme l’un des meilleurs joueurs de la ligue. Il a arrêté de jouer depuis et, est devenu un universitaire brillant. Docteur en mathématiques, ses travaux de recherche font référence pour de nombreux étudiants.

Bernard Pellaton

¹ Le Roi Blanc Bisontin était en relation directe avec le Roi Blanc Peugeot (les mauvaises langues disaient plutôt qu’il était la succursale bisontine du club de Montbéliard). Son Président Louis Arcon, réfugié politique espagnol, avait eu « quelques soucis » avec le régime franquiste. Personnage passionnant, haut en couleurs, fumant toujours son cigare avec élégance, Louis Arcon organisait à Montbéliard des journées échiquéennes rassemblant 500 joueurs chaque année en mai. Cette compétition était considérée dans les années 1970 comme le plus grand rassemblement échiquéen occidental. J’ai eu la chance de participer quelques années à ces journées et c’était à chaque fois phénoménal.
² Il n’y avait à l’époque pas de championnats par équipes nationaux. Existaient seulement des championnats organisés à l’intérieur de la Ligue par équipes de 5 joueurs. Les autres possibilités de rencontrer par équipes des joueurs d’autres Ligues étaient la Coupe de France mais aussi les inter-ligues (une sélection des 14 meilleurs joueurs de la Ligue).
³ Le elo est apparu, je crois, en 1976/77. Avant, les joueurs étaient classés par catégories par… le président du club. C’était la belle époque ! La cinquième catégorie était réservée aux joueurs estimés moins de 1400, la quatrième de 1400 à 1600, la troisième de 1600 à 1800, la deuxième de 1800 à 2000, la première de 2000 à 2200. Au-delà, on avait droit au titre de maître national.

Chaque dimanche, une coupure de presse vous rappellera peut-être quelques souvenirs nostalgiques. Cette rubrique sera aussi la vôtre. N’hésitez pas à intervenir, envoyant anecdotes, documents et photographies jaunies.

UNE RÉFLEXION SUR « JOUEURS DE TOUS LES PAYS, UNISSEZ-VOUS ! »

  1. Un oubli de Bernard… Le club du lycée Victor Hugo : Le Pion Gênant. Le lycée Victor Hugo était à la place du collège du Centre à l’époque. J’ai intégré ce club en 1974 et c’est là que j’ai fait mes premières armes aidé par un fort joueur de l’époque (qui était en Maths Sup) : Patrick Didiergeorge.

Anciens et Modernes

Grâce à la prévoyance de nos anciens, nos archives contiennent une soixantaine d’articles de presse parus entre 1961 et 2010. Aujourd’hui, de tels articles sont aussitôt numérisés et publiés sur notre site, mais sans avoir le charme de ces vielles coupures jaunies aux bordures déchirées.

L’Est Républicain du 6 décembre 1961, la coupure de presse la plus ancienne de nos archives.

Dans celle-ci, la plus ancienne, il est fait allusion, avec quelques inexactitudes, à la naissance en 1928 du Cercle d’Échecs La Tour Prends Garde par M. Robert Picard, commerçant rue Moncey. « C’est lui, affirme L’Est Républicain, qui introduisit dans notre ville les échecs. » En réalité, nous savons qu’existait auparavant la Société des échecs de Besançon.  Maurice Thuriet, le président d’alors, conseiller à la cours d’Appel, écrivait en 1970 :

« Cette société des échecs était au dire des vieux Bisontins qui l’ont connue, notamment le bouquiniste Carriage, un cercle assez fermé dont il était de bon ton de faire partie et dont le nombre de membres ne devait pas dépasser 100 ! On attendait pour y entrer ! On est hélas bien loin de ce nombre dans les cercles de province. Le Cercle tenait ses assises au café Selier, Palais de la Bière (aujourd’hui La Brasserie 1802 à Granvelle), dans une salle particulière, mais après la Grande Guerre, il dut émigrer au Helder, un café de Grandvelle qui se trouvait à l’angle de la rue Mégevand et de la Préfecture, sans doute l’ancien « corps de garde » décrit par Gaston Coindre et qui fut rasé en 1925. C’est alors que les membres se dispersèrent plus ou moins, quelques-uns se retrouvant à la brasserie Granvelle.

C’est là, qu’à son arrivée à Besançon en 1927, M. Picard, qui avait été initié aux échecs à l’âge de 13 ans par une jeune fille anglaise, alors qu’il faisait un séjour pour apprendre la langue de Shakespeare retrouva MM. Zani, Poincenot, le Commandant Guilleminot et quelques autres […] et reconstitua légalement le Cercle d’échecs de Besançon — il édita sous le titre « La Tour Prends Garde » un bulletin de liaison pour lequel il eut des abonnés jusqu’en Australie. C’est du fait de ce bulletin que le Cercle d’échecs de Besançon est couramment dénommé la Tour Prends Garde . »

Apparemment, dans ces années 60, la Tour Prends Garde n’avait guère changée, installée confortablement dans ses pantoufles bourgeoises. « La Tour, poursuit l’article, fut toujours composée, maintenant et encore, de personnalités bisontines assez en vue qui aimaient à se retrouver tranquillement autour d’une table d’échecs à la Brasserie Granvelle, aux jours et heures fixés, dans une atmosphère de bonne camaraderie. »

Maurice Thuriet à gauche en juin 1972 , Coupe des Échecs à la MPT de la Grette, cliché de Bernard Faille pour l’Est Républicain.

On peut comprendre que de plus jeunes joueurs eurent envie de quitter ces pantouflarderies bourgeoises pour des croquenots plus prolétariens et, en intégrant le Roi Blanc, insuffler aux échecs une dimension plus dynamique et sportive. Ce club, émanation de la Tour Prends garde, existait déjà depuis quelques années (mars 1952, fondé par Maurice Roy, membre de la Tpg) : « Avec le développement de la ville après la guerre, poursuit Maurice Thuriet, le Cercle, qui avait atteint un effectif de 61, éprouva le besoin de créer des sections au café de la Perle à St-Ferjeux. Cette dernière devait prendre assez vite son indépendance et devenir successivement L’Échiquier Populaire Bisontin, puis L’Échiquier Bisontin et enfin Le Roi Blanc Bisontin. »

La Promenade Granvelle

Le Cercle Républicain – Clichés Michel Brignot

De tout temps,  la Promenade Granvelle fut un lieu de rencontre des joueurs d’échecs. Si, au début du siècle, les joueurs bisontins se réunissaient au Café Helder, aujourd’hui disparu, les tépégistes s’installèrent pour quelques mois, dans les années 90, presqu’un siècle plus tard, de l’autre côté du parc, dans la belle salle ancienne du Cercle Républicain prêtée par la municipalité.

Sur la première photo, le tout jeune Christophe Robbe et debout, observant les parties, Brady Diaz, le frère de Cecilia. Sur l’autre, de gauche à droite : Pascal Stefansky, Robert Viate, peut être Pierre Alain Bex, un suisse qui jouait avec nous, Serge Zaragoza, Jean-Robert Vesin, Barbara Pilotelle, Philippe Guyot, Maxelend Coulon, Fabrice Janier (le célèbre créateur de l’attaque du même nom qui reste dans toutes les mémoires des vieux tépégistes), Jean-Pierre Bonneville et Bernard Pelatton.

Une simultanée de Jean-Rober Vesin – L’Est Républicain du 30 août 1991

Lieu de passage vers le centre-ville, nous y organisâmes pour débuter les saisons, de nombreuses simultanées en plein air où s’arrêtaient de nombreux badauds bisontins. Au premier plan, la famille Diaz au complet : Cecilia, Brady, notre regretté Porfirio et Elvira Diaz. Le joueur en cinquième position, apparemment très satisfait d’être sur la photo, est notre ami Thierry Vernier, me semble-t-il.

UNE RÉFLEXION SUR « LA PROMENADE GRANVELLE »

LAISSER UN COMME

Acte de naissance

Journal officiel de la République française. Lois et décrets du vendredi 16 mars 1929, Bnf

Notre Tour, presque nonagénaire, est née en 1929, mais saviez-vous que c’est exactement le 6 mars 1929 qu’elle fut portée sur les fonts baptismaux du Journal Officiel. C’est avec étonnement que je découvre sur le site Gallica – Bnf son extrait de naissance. Sous ce nom de famille un peu guindé, Cercle d’échecs de Besançon, c’est bien notre bonne vielle Tpg qui voit le jour à la Brasserie Granvelle.


Ce n’est qu’assez récemment, peut-être vers les années 2000, que nous changeâmes ce cercle peut-être par trop élitiste par ce club plus british, mais surtout plus démocratique.

Granvelle et les échecs : une histoire d’amour qui dure. La Société des échecs de Besançon, sans doute l’aïeule de la Tpg, se réunissait déjà au Café Helder sur cette promenade aimée des Bisontins de la Belle Époque.

Septembre 1959 – Échecs au café Granvelle, photographies de Bernard Faille, Est Républicain.
On aperçoit sur la gauche, les colonnades, vestige du Café Helder détruit 4 ans avant la naissance de la Tpg.

Un Canadien à Besançon

C’est en 1929, que nos anciens portèrent la Tpg nourrissonne sur les fonts baptismaux. Mais, n’imaginez pas que rien n’existait sur le plan échiquéen dans notre bonne vieille ville. Il est vraisemblable que, dès avant 1870, était présente à Besançon une société, dont le président n’était autre que l’artiste peintre Charles-Jules-Nestor Bavoux, l’un des fondateurs de l’École des Beaux-Arts de Besançon avec Becquet et Giacomoto. Elle se réunissait au Berg-Op-Zum, un café disparu du Faubourg Rivotte.

Pour preuve, cet annonce du Petit Comtois du 31 mars 1900.  Le Petit Comtois fut le premier quotidien régional, publié du 1er août 1833 au 22 mai 1944 à Besançon, avec un rayonnement sur toute la Franche-Comté et fondé par des notables, industriels et artistes bisontins regroupés autour de l’avocat Jules Gros, en particulier le peintre Antonin Fanart. Journal républicain démocratique et anticlérical qui deviendra au fil des années un puissant vecteur d’influence et d’éducation politique. Wikipédia

Au fond de la promenade Grandvelle, côté rue Mégevand, avez-vous peut-être déjà remarqué ce portique à colonnes ioniques ? C’était l’entrée du café Helder, un charmant établissement où les promeneurs pouvaient se désaltérer. À l’occasion d’un agrandissement de la Promenade Granvelle, il fut malheureusement détruit pour cause de vétusté en 1925. Seules furent conservées les quatre colonnes de pierre de son portique.

« Dans l’axe de l’allée principale, écrivait Gaston Coindre, Bertrand éleva, en 1789, le petit temple grec que Valet, maître limonadier, intitulait Salon de rafraîchissement. »

Gaston Coindre – Promenade Granvelle : salon de rafraîchissement.

Circonstances atténuantes

Le Progrès de la Côte-d’Or, 19 mai 1933

1933, nous ne sommes pas si loin de la naissance en 1929 de notre nonagénaire Tpg. En page 4 du Progrès de la Côte-d’Or du 19 mai 1933, une image indirecte et peu flatteuse, peut-être quelque peu partisane, de notre vielle dame par nos adversaires d’alors, le Cercle Dijonnais, dans ce style si réjouissant de ces époques-là. Pourrait-on imaginer aujourd’hui un tel article relatant une de nos équipées en Nationale I ?

Dimanche matin 7 courant, par une pluie battante, ils partaient dans les autos des amis Bril, Delavelle, Picard et Damidot. Des dames faisaient partie de l’expédition. Ils partaient pleins de confiance à Besançon pour disputer le match arrêté avec le Cercle d’Échecs de cette ville depuis un certain temps. Pour diverses raisons, ce match avait connu remise sur remise et les joueurs du Cercle Dijonnais tenaient d’autant plus à se mesurer à nouveau avec leurs partenaires de Besançon que ceux-ci leur avaient infligé deux défaites sévères. À des joueurs moins enthousiastes, il eût semblé que la victoire était impossible, étant donné la classe des Bisontins, mais l’émulation de certains avait entraîné les autres et de sérieux progrès avaient pu être constatés chez tous les membres du Cercle. Ceci explique la confiance en soi de chacun de nos joueurs locaux et ils ne s’étaient pas surestimés, puisque dimanche soir, ils rentraient ici en vainqueurs par 13 points contre 7 à Besançon. Il est toujours extrêmement délicat de se décerner des compliments et malséant de se glorifier d’une victoire. Cependant, n’ayant pas eu l’honneur de faire partie de la phalange des joueurs chargés de défendre les couleurs de Dijon, il m’est permis de manifester ma joie de cette victoire bien méritée et d’adresser toutes mes félicitations aux gagnants. Je ne ferai aucune distinction entre eux, bien que certains aient réglé leurs adversaires d’une façon magistrale, et je me contenterai simplement de plaindre ce pauvre ami Colomb, contraint de rester assis pendant dix heures en face d’un échiquier pour faire deux parties. Il en avait, de ce fait, perdu le boire et le manger. Dans la presse, le Cercle de Besançon plaide les circonstances atténuantes : manque d’entraînement, équipe dijonnaise très homogène avec un joueur de première force. Il est exact, Messieurs de Besançon, que jusqu’au dimanche 7 mai vous nous aviez battus et puisque vous estimez que la défaite est trop grande et qu’elle laisse supposer une différence de classe qui n’existe certainement pas — certainement est peut-être un peu ôsé — le Cercle Dijonnais d’Échec se fait un plaisir de vous offrir votre revanche dés que vous le désirerez — les meilleurs gagneront —. M. Picard pourra apporter sa pendule, elle sera utile, car notre ami Colomb n’est déjà pas si gras.

Voici la composition des équipes et le nombre de parties gagnées par chacun des joueurs :
Dijon : R. Colomb, 2 ; Hall, 2 ; Puype, 0 ; E. Colomb, 1 ; Switalsky, 1 ; Kulkès. 1 ; Reutemaiin, 2 ; Roudniclc, 1 ; Norgia, 2 ; Sirdey, 1. To tal : 13.
Besançon : Fraiberger, 0 ; Picard, 0, Schwartz, 2 ; Poincenot. 1 ; Bern. 1 ; Betts. 1 ; Reingervietz, 0 ; Weiss, 1 ; Charlier, 0 ; Farine, 1. Total : 7.

La gloire de JR

L’Est Républicain du 17 août 1986. Un clic pour agrandir.

1929-2019 ! Dans un an, nous fêterons les quatre-vingt dix ans de la Tour Prends Garde. Pourquoi, me direz-vous, ne pas attendre le prestigieux centenaire de cette vielle dame en bonne santé. C’est que, si notre tour a encore tous ses créneaux, certains d’entre nous commencent quelque peu à se décrépir et se lézarder et craignent, le moment venu, de ne plus avoir le souffle pour grimper sur le chemin de ronde et tirer les feux d’artifice en son honneur. À l’initiative de Bernard Pellaton, ce souhait de retracer l’histoire de la Tpg au travers de la presse. Un travail de fourmis à farfouiller dans nos archives et dans celle de la presse locale. Chaque dimanche, une coupure de presse vous rappellera peut-être quelques souvenirs nostalgiques. Cette rubrique sera aussi la vôtre. N’hésitez pas à intervenir, envoyant anecdotes, documents et photographies jaunies.

Souvenirs

Affiche des années soixante-dix

Trouver une salle est toujours problématique pour un club et, pendant des années, les joueurs d’Échecs bisontins se réunirent à la Brasserie Brelin, située Square Saint-Amour, établissement aujourd’hui disparu.

En 1976, un cliché de Bernard Faille, journaliste à l’Est Républicain. Au centre, à droite : Robert Poly, le président de l’époque et Gábor Hajnóczi.

RÉFLEXION SUR « LA BRASSERIE BRELIN »

  1. Je me souviens de cette brasserie dans les années 80, il y a une banque a la place aujourd’hui, mais je ne connaissais pas encore la Tpg, j’étais à Besançon depuis quelques mois seulement et je fréquentais ce bar de temps en temps. C’était assez sympatrique… Nostalgie, je suis ému.

Vice et Présidence

Notre ami Bernard Petetin, poursuit pour nous l’évocation de ses souvenirs de tépégiste.

« Je me suis installé à Besançon en 1972 et participe aux Olympiades qui se déroulaient au Kursall, un tournoi à avantage. Moi qui n’étais pas classé, mon adversaire me rendait un pion et je crois que cela pouvait aller jusqu’à une tour. C’est là que je rencontrai Gábor Hajnóczi qui m’invita à venir les retrouver à la Brasserie Brelin où le club tenait ses quartiers. Je commence donc à m’acoquiner avec les tépégistes en 74. Bernard Courtot était déjà là avec ses deux enfants (j’ai retrouvé une partie jouée contre sa fille en décembre 1974). Nous y sommes restés assez longtemps, jusqu’à ce qu’ils vendent et que le café devienne une banque. Dans un bistrot, bien sûr, nous ne payons rien, sinon les consommations. Toujours ouvert, nous pouvions jouer jusqu’à la fermeture. Les consommateurs regardaient les parties, mais je n’ai pas l’impression que cela nous amenait des adhérents. Aussi loin que je me souvienne, la principale difficulté du club était la recherche d’un local. Quelques-uns, sans doute dans un souci de respectabilité, ont souhaité que le club ait un lieu propre. Pendant une période, une salle à la Grette offerte gratuitement par la ville, me semble-t-il, correspondait à ce désir. Nous y gagnâmes certainement en respectabilité, mais perdîmes en convivialité : des horaires fixes et ne fermant pas très tard. Pour les tournois, cela posait problème. Puis, ce fut le Centre Pierre Mendes France, où le tout jeune Guillaume Sermier commençait à pointer le bout de son nez.

J’ai connu comme président Maurice Thuriet, un homme droit, calme et posé, avec un physique d’ancien instituteur un peu sévère. Sympathique, mais tu ne plaisantais pas forcement avec lui en lui donnant des claques dans le dos. Puis ce fut Robert Poly et j’étais alors roue de secours en officiant comme vice-président. Sous la houlette des divers présidents d’ailleurs, Philippe Demange et Roland Scamps et cela m’allait très bien. Robert Poly organisa un championnat avec quelques grands champions de l’époque qui s’était déroulé dans une salle au-dessus de la médiathèque Pierre Bayle et Robert Schwint était venu remettre les prix. C’est, je crois, Roland qui fit venir Alexeï Charnushevich de Biélorussie. Cela prit quelque mois de tractations. Mais est survenu un pataquès (je ne sais plus trop à la suite de quoi) et notre Roland a démissionné quelques jours avant l’arrivée d’Alexeï. C’est donc moi, en tant que vice-président et le comité directeur de l’époque qui accueillîmes Alexeï au Snooker. Il s’est pointé costume-cravate, sérieux comme un pape, pour faire bonne impression !

Bernard Pellaton et Skorup  en 1973

On a déjà parlé de cette grande figure qu’était Skorup, grand joueur et plongeur à la brasserie Grandvelle. Payant pas de mine. Il proposait une partie à un quidam de passage et perdait volontairement avec une mine contrite. Et puis, se reprenant, disait à son adversaire :
Allons ! Je suis bon perdant, recommençons en intéressant la partie. Et il sortait un beau billet.
Et comme je suis joueur et aime le risque, je vous donne une tour. Son adversaire, assuré d’une victoire facile, acceptait et se faisait carotter la mise.

Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître… et pour cause, puisqu’il s’agit du championnat d’échecs de Besançon, fin 1978. Ce tournoi était ouvert aux licenciés et aux non licenciés, manière de recruter de nouveaux passionnés. L’inscription était de 15 fr + 10 fr de caution rendus si toutes les parties étaient jouées. On prenait des précautions ! Bruno Aebischer, Christophe Bordet, Jean-Robert Vesin entre autres y jouaient, du solide ! Je participais à ce tournoi en tant que membre de la Tpg, joueur moyen, plus intuitif qu’érudit (ce qui m’a valu de magnifiques défaites). Première des 7 parties de ce championnat contre Philippe Blardone (le frère de notre vénérable Président) et qui était, sans faire offense au Président, d’un niveau légèrement supérieur. »

Bernard Petetin

Un miracle n’arrive qu’une fois

Depuis sa création, la Tour Prends Garde organise des tournois. Notre ami Bernard Petetin évoque pour nous les années soixante-dix et sa victoire sur un jeune joueur nommé Jean-Robert Vesin. Jeune, mais tout de même champion de France par correspondance junior, en ces temps où il ne fallait pas compter sur l’aide cybernétique. Cette Open de 1978 se déroula d’octobre à décembre avec 68 inscrits.

À la deuxième ronde de ce championnat, j’affronte le redoutable Jean-Robert Vesin. Un des favoris logique. Fort joueur par correspondance avec l’esprit d’analyse lié à cet exercice, le genre d’adversaire qui sait déjà, avant de s’asseoir, quelles pièces, il va choisir pour vous faire mat. Peut-il être battu ? Certains en ont rêvé sans jamais y parvenir. Bernard Pellaton s’interroge encore aujourd’hui : « Par contre, pour gagner contre lui, je n’ai pas la solution. Je la cherche depuis bientôt quarante ans… Pas encore trouvée ! » D’autres y sont presque arrivé comme notre estimé président Daniel Blardone, mais une proposition de nulle hasardeuse et fébrile anéantit tout ses espoirs, et Jean-Robert, après avoir frôlé la correctionnelle explique « proposer nulle est une grave erreur. Typiquement, ce qu’il ne faut pas faire. Contre un joueur beaucoup mieux classé que soi, proposer nulle ne sert à rien, sauf à l’informer que je le crains et que je pense ne pas pouvoir gagner cette position supérieure, psychologiquement, ce n’est vraiment pas bon ! » Ah ! Ce président, question psychologie…

Je suivis, sans le savoir et avant l’heure, les préceptes de Jean-Robert en ayant le bon sens, non de lui proposer la nulle, mais de le battre… en 31 coups. Mes vaillants camarades de jeux, Bernard et Daniel pourront enfin marcher la tête haute, car tous les deux ont été victorieux un jour ou l’autre contre moi.

Un an plus tard, le 17 novembre 1979, pour le championnat de Besançon, mon adversaire de la 3e ronde était de nouveau Jean-Robert. Il me lamina en 22 coups, me démontrant ainsi, avec le sourire, qu’un miracle n’arrive qu’une fois.

Bernard Petetin

Les feuilles de parties existaient déjà, mais chaque joueur notait ses parties dans un carnet individuel.

UNE RÉFLEXION AU SUJET DE « UN MIRACLE N’ARRIVE QU’UNE FOIS »

  1. Merci Bernard pour ce sympathique témoignage !
    Nous pouvons constater que le jeu de JR s’est bien amélioré depuis !
    Ce qui n’est pas le cas pour beaucoup d’entre nous…
    Mais la passion demeure !

Autrefois

La Tour, Prends Garde ! commence à devenir une très vielle dame, puisqu’elle fêtera son centenaire en 2029. Un bel âge, donc, avec bien des souvenirs à raconter. En voici quelques-uns, piochés au hasard de nos archives. Si vous êtes en possession de tout document concernant notre club, confiez-les-moi, au moins pendant quelques jours, si vous ne voulez pas vous en dessaisir. Par avance merci.

Une société bisontine centenaire : Il est vraisemblable que, dès avant 1870, existait à Besançon une société d’échecs, dont le président, n’était autre que l’artiste peintre Charles-Jules-Nestor Bavoux, l’un des fondateurs de l’école des Beaux-Arts de Besançon. Lire la suite

Trouver une salle est toujours problématique pour un club et, pendant des années, les joueurs d’Échecs bisontins se réunirent à la Brasserie Brelin, située Square Saint-Amour. Voici quelques photos découvertes sur Mémoire Vive, patrimoine numérisé de Besançon. Lire la suite

Une nouvelle série de photographies intitulée Échecs le soir à la Maison pour Tous de la Grette, puisée dans Mémoire Vive, le fond numérisé de Besançon. Je crois y reconnaître le Chess Challenger 7, mon tout premier échiquier électronique, achetez dans les années 75. Lire la suite

Le Championnat de France inter-ligue se déroulait dans les années 70 et 80. Constituée de 4 groupes géographiques, les vainqueurs de chaque section se retrouvaient pour disputer le titre. À deux reprises, en 1975 et 1976, la Franche-Comté se retrouva en phase finale.  Lire la suite…

Samedi dernier, les joueurs de la Tour Prends Garde, cercle d’Échecs de Besançon, ont eu l’occasion de se mesurer aux derniers ordinateurs actuellement commercialisés et prêtés par le magasin de jouets La Joueterie du square Saint-Amour. Lire la suite

Reconnaisez-vous ce sourire ? C’est bien notre Sergio à l’âge de 10 ans, faisant la une de L’Est Républicain du 12 janvier 1979 dans l’article intitulé : Serge Naudier : troisième benjamin de France. Une des premières expériences d’utilisation du jeu d’Échecs comme instrument pédagogique… Lire la suite

Apparemment notre Sergio était à l’honneur en cette année 1979. Le voici, recevant un prix de la Fédération et une coupe des mains de Jean-Christophe Basaille, accompagné du sourire débonnaire et moustachu du président de la TPG d’alors, Robert Poly. Lire la suite

Nostalgie et communication. Serions-nous moins communicants que nos anciens ? Au-delà de la nostalgie, voici deux coupures de presse du début de l’année 1979, qui nous amène effectivement à nous poser cette question. L’actualité bisontine est-elle si dense aujourd’hui… Lire la suite

Les acharnés des Échecs qui s’affrontent tous les samedis après midi au cercle d’Échecs de Besançon « La Tour prends Garde », dans la grande salle du centre Pierre-Mendes-France, rue des Chalets, avaient ouvert, samedi dernier, leur portes aux amateurs de ce sport cérébrale des autres clubs. Une quarantaine de candidats ont ainsi participé à cet « open »…  Lire la suite

Voici le mot du président Philipe Demange tiré du bulletin de la TPG pour l’année 1987 pour le moins acerbe. Qu’elle fut donc ce comportement honteux et scandaleux des prédécesseurs ? Cela laisse imaginer de sombres histoires louches et sulfureuses… Lire la suite

Ce beau jeune homme indécis, vous l’aurez sans doute reconnu, est bien notre Bernard Pellaton hirsute : « Mon adversaire, se souvient-il, est Skorup,  de loin le meilleur joueur de la TPG dans ces années 70-80. Il se partageait avec Maxellend Coulon la tête de la ligue… Lire la suite

Skorup et Coulon étaient les deux meilleurs joueurs de la ligue, poursuit Bernard Pellaton. Ils avaient dans les années 1970/1980 probablement le niveau de maîtres. Il faut savoir aussi qu’à l’époque Max Coulon n’adhérait pas à la TPG mais au Roi Blanc Bisontin… Lire la suite

Maxcellend Coulon raconte : « Une séance de parties simultanées à Châtillon-le-Duc, le dimanche 15 novembre 1981, dans la salle de l’AC 2000, affrontant 23 adversaires, dont un à l’aveugle, avec un score de 100 % de victoires ».
Lire la suite

Top 16 en 1993 : « On retient son souffle à l’Altéa. Tout reste à faire aujourd’hui dimanche, même si Lyon semble avoir pris une option pour la victoire On ne pouvait pas dire hier soir Altea Jacta est, bien que Lyon soit prêt à franchir le rubicond… »  Lire la suite

Philippe Guyot raconte : « Dans le silence nocturne de cette petite pièce où les volutes de fumée de ses cigarettes avaient une odeur exotique et stimulante, Christophe avait thématiquement sacrifié un pion dans une Sicilienne pour des compensations à long terme, quoique sans doute légères.  » Lire la suite