Tous les articles par admin

À ne pas oublier !

Newspaper rolled up with the word News on the headline

Début de cours jeunes Mardi 18 septembre à 17 h 30. Inscription en début des cours. Les autres horaires.

Stage : L’échange de Q en milieu de jeu


Le Maître international Guillaume Sermier propose, dimanche 14 octobre de 9 à 12 h, son premier stage sur le thème de l’échange de Q en milieu de jeu. L’échange est au cœur du combat échiquéen. La disparition des reines est souvent considérée comme la fin du milieu de partie. Ce crêpage de chignons royales n’est jamais anecdotique, il doit s’inscrire dans le cadre d’une stratégie globale.

Ouvert à tous, licenciés ou non, la pré-inscription est obligatoire : Inscription

  • Adhérent au club : 10 €
  • Non-adhérent : 15 €

Un Canadien à Besançon

C’est en 1929, que nos anciens portèrent la Tpg nourrissonne sur les fonds baptismaux. Mais, n’imaginez pas que rien n’existait sur le plan échiquéen dans notre bonne vieille ville. Il est vraisemblable que, dès avant 1870, était présente à Besançon une société, dont le président n’était autre que l’artiste peintre Charles-Jules-Nestor Bavoux, l’un des fondateurs de l’École des Beaux-Arts de Besançon avec Becquet et Giacomoto. Elle se réunissait au Berg-Op-Zum, un café disparu du Faubourg Rivotte.

Pour preuve, cet annonce du Petit Comtois du 31 mars 1900.  Le Petit Comtois fut le premier quotidien régional, publié du 1er août 1833 au 22 mai 1944 à Besançon, avec un rayonnement sur toute la Franche-Comté et fondé par des notables, industriels et artistes bisontins regroupés autour de l’avocat Jules Gros, en particulier le peintre Antonin Fanart. Journal républicain démocratique et anticlérical qui deviendra au fil des années un puissant vecteur d’influence et d’éducation politique. Wikipédia

Au fond de la promenade Grandvelle, côté rue Mégevand, avez-vous peut-être déjà remarqué ce portique à colonnes ioniques ? C’était l’entrée du café Helder, un charmant établissement où les promeneurs pouvaient se désaltérer. À l’occasion d’un agrandissement de la Promenade Granvelle, il fut malheureusement détruit pour cause de vétusté en 1925. Seules furent conservées les quatre colonnes de pierre de son portique.

« Dans l’axe de l’allée principale, écrivait Gaston Coindre, Bertrand éleva, en 1789, le petit temple grec que Valet, maître limonadier, intitulait Salon de rafraîchissement. »

Gaston Coindre – Promenade Granvelle : salon de rafraîchissement.

Chaque dimanche, une coupure de presse vous rappellera peut-être quelques souvenirs nostalgiques. Cette rubrique sera aussi la vôtre. N’hésitez pas à intervenir, envoyant anecdotes, documents et photographies jaunies.

Après-midi portes ouvertes

Quinze participants pour notre traditionnelle simultanée de rentrée offerte par le Grand Maître international Alexei Charnuchevich avec son non moins traditionnel sourire en prime. 13 victoires et notre Alexeï, débonnaire, accorda deux nuls.  Des parents vinrent inscrire leurs enfants pour les cours qui débuteront mardi 18 septembre et le plaisir d’accueillir quatre nouveaux tépégistes. Bienvenu à eux ! Visite également de L’Est Républicain qui publiera prochainement un article sur notre club.

Circonstances atténuantes

Le Progrès de la Côte-d’Or, 19 mai 1933

1933, nous ne sommes pas si loin de la naissance en 1929 de notre nonagénaire Tpg. En page 4 du Progrès de la Côte-d’Or du 19 mai 1933, une image indirecte et peu flatteuse, peut-être quelque peu partisane, de notre vielle dame par nos adversaires d’alors, le Cercle Dijonnais, dans ce style si réjouissant de ces époques-là. Pourrait-on imaginer aujourd’hui un tel article relatant une de nos équipées en Nationale I ?

Dimanche matin 7 courant, par une pluie battante, ils partaient dans les autos des amis Bril, Delavelle, Picard et Damidot. Des dames faisaient partie de l’expédition. Ils partaient pleins de confiance à Besançon pour disputer le match arrêté avec le Cercle d’Échecs de cette ville depuis un certain temps. Pour diverses raisons, ce match avait connu remise sur remise et les joueurs du Cercle Dijonnais tenaient d’autant plus à se mesurer à nouveau avec leurs partenaires de Besançon que ceux-ci leur avaient infligé deux défaites sévères. À des joueurs moins enthousiastes, il eût semblé que la victoire était impossible, étant donné la classe des Bisontins, mais l’émulation de certains avait entraîné les autres et de sérieux progrès avaient pu être constatés chez tous les membres du Cercle. Ceci explique la confiance en soi de chacun de nos joueurs locaux et ils ne s’étaient pas surestimés, puisque dimanche soir, ils rentraient ici en vainqueurs par 13 points contre 7 à Besançon. Il est toujours extrêmement délicat de se décerner des compliments et malséant de se glorifier d’une victoire. Cependant, n’ayant pas eu l’honneur de faire partie de la phalange des joueurs chargés de défendre les couleurs de Dijon, il m’est permis de manifester ma joie de cette victoire bien méritée et d’adresser toutes mes félicitations aux gagnants. Je ne ferai aucune distinction entre eux, bien que certains aient réglé leurs adversaires d’une façon magistrale, et je me contenterai simplement de plaindre ce pauvre ami Colomb, contraint de rester assis pendant dix heures en face d’un échiquier pour faire deux parties. Il en avait, de ce fait, perdu le boire et le manger. Dans la presse, le Cercle de Besançon plaide les circonstances atténuantes : manque d’entraînement, équipe dijonnaise très homogène avec un joueur de première force. Il est exact, Messieurs de Besançon, que jusqu’au dimanche 7 mai vous nous aviez battus et puisque vous estimez que la défaite est trop grande et qu’elle laisse supposer une différence de classe qui n’existe certainement pas — certainement est peut-être un peu ôsé — le Cercle Dijonnais d’Échec se fait un plaisir de vous offrir votre revanche dés que vous le désirerez — les meilleurs gagneront —. M. Picard pourra apporter sa pendule, elle sera utile, car notre ami Colomb n’est déjà pas si gras.

Voici la composition des équipes et le nombre de parties gagnées par chacun des joueurs :
Dijon : R. Colomb, 2 ; Hall, 2 ; Puype, 0 ; E. Colomb, 1 ; Switalsky, 1 ; Kulkès. 1 ; Reutemaiin, 2 ; Roudniclc, 1 ; Norgia, 2 ; Sirdey, 1. To tal : 13.
Besançon : Fraiberger, 0 ; Picard, 0, Schwartz, 2 ; Poincenot. 1 ; Bern. 1 ; Betts. 1 ; Reingervietz, 0 ; Weiss, 1 ; Charlier, 0 ; Farine, 1. Total : 7.

Réunion d’information parents

Mardi 11 septembre de 17 h 30 à 19 h

Les Échecs, un jeu d’enfants, dès la maternelle et l’école primaire. Les plus petits apprennent rapidement à jouer avec talent, entrant avec passion dans ce jeu d’aventures, où s’affrontent vaillants soldats, chevaliers sans peur et sans reproche, gentes dames et rois vertueux. « Il y a plus d’aventures sur un échiquier que sur toutes les mers du monde », écrivait Pierre Mac Orlan. École de la vie, le Roi des Jeux permettra à votre enfant de développer sa personnalité et découvrir en s’amusant le goût de la réflexion, la capacité à se concentrer, le plaisir du raisonnement, sans oublier le fair-play et la relation à l’autre. Des cours toute l’année, hors périodes de vacances scolaires.

Renseignements et inscriptions, le 11 septembre de 17 h 30 à 19 h au club La Tour, Prends Garde dans les locaux du Billard Club L’Olympe, 4 rue des Chalets à Besançon. Possibilité de se renseigner  également tous les samedis après-midi à partir de 14 h 30 et en début de chaque cours. Egalement, samedi 15 septembre, au cours de l’après-midi Portes ouvertes à 15 h. Début des cours : le mardi 18 septembre.

Des questions ?

LES HORAIRES

Cours jeunes :

      • Mardi  de 17 h 45 à 19 h
      • Mercredi de 10 h 30 à 11 h 45
      • Mercredi de 14 h à 15 h 15
      • Mercredi de 15 h 30 à 16 h 45
      • Samedi de 10 h 30 à 11 h 45

Permanence jeux libres :

      • Mercredi de 17 à 19 h

Porte ouverte Samedi 15 septembre

Le Club d’Échecs de Besançon La Tour, Prends Garde ! ouvre ses portes au public le 15 septembre  dans les locaux du Billard Club L’Olympe, 4 rue des Chalets, de 15 à 19  h. Le Club, association loi 1901, est affilié à la Fédération française des Échecs et compte plus de 150 licenciés. Fortement impliqué dans la vie locale en initiant les jeunes bisontins dans les écoles et collèges, notre club, tout au long de l’année, participe (jeunes et adultes) aux compétitions en équipe mises en places par la Fédération française, championnats ou coupes. La Tpg organise également des tournois internes, un open international, des simultanée, des compétitions de parties rapides, éclairs. Mais au-delà de la compétition, les Échecs restent aussi un jeu où l’on peu s’amuser dans une ambiance décontractée aux travers de parties amicales. En juillet-août, le club se met en mode vacances, organisant les Échecs au Parc, prenant ses quartiers d’été dans le cadre agréable de la Gare d’Eau. Vous y trouverez tables, jeux et pendules pour des blitz ou de plus calmes parties, tous les samedis d’été ensoleillés de 14 h 30 à 19 h. Afin de mieux faire connaître notre club, nous organisons un après-midi portes ouvertes. Nous accueillerons tout particulièrement les parents désirant inscrire leur enfant aux cours jeunes.

Vous y découvrirez :

  • La pratique du Jeu des Rois et vous pourrez vous initier au jeu.
  • La présentation des activités du club : cours jeunes et adultes, compétitions individuelles et par équipes, scolaires.
  • Chaque visiteur pourra s’il le souhaite affronter individuellement le Grand Maître international Alexeï Charnushevich dans le cadre d’une simultanée.

Venez nombreux !

Stages joueurs confirmés

Photographie de Vika Ivanovna

Devant le peu de participants, les cours pour joueurs confirmés furent supprimés la saison dernière. Au cours d’un sondage, une petite quinzaine d’entre vous furent intéressés par la mise en place de stages sous forme d’une demi-journée (3 heures) avec le Grand Maître international Alexeï Charnushevich, formé à l’école russe et le Maître international Guillaume Sermier. Les plages horaires restent encore à définir, sans doute le vendredi soir, le samedi matin ou le dimanche. Pour un coût modique de 10 € par stage (sous réserve d’une dizaine d’inscrits), vous pourrez travailler avec ces forts joueurs tous les champs de la pratique échiquéenne.

Guillaume propose déjà quelques thèmes pouvant être modifiés ou étoffés :

  • les B de couleurs opposées en finale et en milieu de jeu
  • les finales de R contre pièce mineure (avec ou sans pions)
  • l’échange de Q en milieu de jeu
  • le K actif en finale

Alexeï, de son côté, répondra à toutes les questions des participants et proposera de l’analyse de parties. Les souhaits des futurs stagiaires :

  • notion de plan : faire un plan, comprendre celui de l’adversaire
  • stratégie : faire des choix stratégiques en fonction du jeu
  • ouvertures : sans entrer dans trop de détails, voir les grandes lignes stratégiques des ouvertures
  • tactiques : préparer et mettre en place des tactiques
  • attaque et défense : repérer les faiblesses, monter une attaque, parer une attaque…
  • éventuellement, analyse : parties simultanées contre l’entraîneur avec commentaire +/- analyse au fur et à mesure
  • le milieu de jeu
  • transition milieu de jeu-finale

Merci de vous préinscrire, ce formulaire n’a pas, bien entendu, valeur d’engagement, d’autant plus que les stages ne sont pas encore définis, mais pour donner une idée des personnes intéressées. Les stages sont ouverts à tous les joueurs confirmés, tépégistes ou non, licenciés ou non.

Inscription

La jeunesse montre l’homme…

… comme le matin montre le jour


Si dans ces pages, nous vantons régulièrement les mérites de nos vieux routiers, nous oublions trop souvent la nouvelle génération qui pourtant ne démérite point. Pour réparer cette injustice, un coup de projecteur sur notre benjamin Goma-Rayan Roger à la septième place du tournoi de printemps à 4 ½ avec la meilleure perf FIDE à +26,27 (déjà +33,04 au tournoi d’automne) et à la progression spectaculaire de 528 points en un an ! Il s’est prêté avec le sérieux que nous lui connaissons à un petit jeu de questions-réponses :

Rayan à droite et ses deux compères Chadi Kassab et Evan Dromard

Rayan, comment as-tu découvert les échecs ?
Je joue aux échecs depuis que j’ai 9 ans (classe de CE2). J’ai découvert les échecs d’une des façons les plus étonnantes et improbables : étant assez curieux quand j’étais petit, j’avais essayé plein de jeux et d’activités pédagogiques sur mon ordinateur. J’ai alors trouvé un programme d’échecs installé, avec les règles du jeu. J’essayais de déplacer mes pièces, de faire des échecs… Mais je perdais à chaque fois ! J’ai fini par gagner après quelques années de pratique au club. Par le plus grand des hasards, mon père s’était fait une connaissance qui jouait aux échecs, le tépégiste Marc Malaisé. Marc pensait que les échecs pouvaient m’intéresser, sans savoir que j’essayais d’y jouer sur mon ordinateur. C’est comme ça que Marc est venu chez moi. Il m’apprit d’abord le déplacement des pièces que j’avais du mal à retenir avec mon ordinateur et me conseilla alors de m’inscrire au club, ce que je fis l’année suivante.

Pourquoi joues-tu aux échecs ?
Je joue aux échecs, car j’adore réfléchir sur une position pour trouver la stratégie gagnante, ainsi que toutes les émotions qui me traversent quand je gagne.

Qu’est ce qui te donnes envie de jouer aux échecs et que ressens-tu quand tu perds ? Quand tu gagnes ? 
Le fait de réfléchir dans une partie passionnante où il ne faut pas relâcher l’attention, ainsi que le gain en fin de partie et que j’ai l’impression d’avoir bien joué. La victoire me donne envie de jouer pour gagner à nouveau et éprouver cette satisfaction. Dans la défaite, je suis souvent dégoûté et j’ai encore plus envie de jouer que quand je gagne, afin de me surpasser et gagner.

Qu’est-ce qui t’intéresses dans ce jeu et que t’ont appris les échecs ?
Les échecs permettent d’apprendre à réfléchir et à mémoriser. Ils permettent aussi de s’exercer à prendre des risques réfléchis et non-suicidaires. C’est le fait de la multitude de parties différentes à jouer et la précision avec laquelle il faut jouer (on peut passer d’une position ultra gagnante, mais perdre sur une imprécision). Ils m’ont appris que rien n’est gagné par avance et qu’il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

Beaucoup d’adolescents arrêtent de jouer. Pourquoi continues-tu à jouer aux échecs ? 
Je continue, car depuis que j’ai commencé, j’ai toujours aimé les échecs et j’espère toujours les aimer.

Que pensent tes copains quand ils apprennent que tu joues aux échecs ?
Souvent, ils me disent qu’eux aussi jouent en famille et parviennent à battre leurs parents. Ils trouvent les échecs intéressants, mais sans plus. Certains veulent parier contre moi qu’ils pourront me battre. Un copain m’a même proposé un pari d’argent : le perdant donne 5 euros au gagnant. J’ai bien sûr accepté et je l’ai battu à plat de couture, mais je lui ai dit de garder son argent.

Combien de temps passes-tu pour étudier les échecs ?
Souvent, en rentrant des cours, je joue un peu, un peu avant de m’endormir, je regarde aussi les livres… Ça varie en fonction de mon temps libre. Je passe en moyenne une à deux heures par jour à jouer aux échecs.

Penses-tu que les échecs ne sont qu’un jeu ou quelque chose de plus ?
Beaucoup plus qu’un jeu ! Ils permettent de développer plusieurs facultés : concentration, mémoire, calcul, gérer des situations difficiles…

Que penses-tu de notre club ?
La Tpg est un club convivial qui propose plusieurs créneaux horaires pour ceux qui veulent apprendre à jouer aux échecs ainsi que plusieurs initiations et aussi les Échecs au parc. Les jeunes y sont bien accueillis et bien accompagnés dans leur apprentissage des échecs.

Selon toi que faudrait-il faire pour que plus de jeunes viennent au club ?
Les échecs ont l’image d’un sport ennuyeux. Les parents n’ont pas forcément envie d’inscrire leur enfant en club. Nous organisons plusieurs tournois et activités pour faire découvrir les échecs, mais je pense que c’est dans les écoles que les maîtres et les maîtresses doivent initier les élèves.

« La jeunesse montre l’homme comme le matin montre le jour. » John Milton, Paradis retrouvé.

2 RÉFLEXIONS SUR « LA JEUNESSE MONTRE L’HOMME… »

  1. Nul doute que Ryan est promis à un bel avenir !
    Bel interview et belle mentalité de ce jeune joueur…moi, j’aurai sans vergogne pris les 5 euros ; un pari est un pari !

  2. Je salue cette belle initiative de notre webmaster préféré. Les propos de Ryan sont très intéressants à entendre. J’ajouterai qu’en tant que directeur technique et arbitre, j’ai souvent sollicité Ryan pour participer aux différentes compétitions par équipe et il a toujours répondu favorablement à mes demandes. Un jeune passionné par notre jeu et un bel avenir s’ouvre devant lui.
    Bravo Rayan !

    Amicalement, jfc

Assemblée Générale

Chers Amis, J’ai le plaisir de vous inviter à notre Assemblée Générale
le samedi 8  septembre à 15 h 30.

Cette année, l’ A.G. de rentrée sera particulièrement importante vu la modification des dates de l’exercice comptable. En effet, ce sont les documents issus de cette A.G. qui seront communiqués aux collectivités locales pour constituer les dossiers.

  • rapport moral et sportif de la saison 2017 / 2018 ;
  • rapport financier ;
  • rapport techniques : compétitions, jeunes, tournois et les activités du club ;
  • préparation de la saison
  • questions diverses ;
  • un pot de l’amitié clôturera la séance.

Cette assemblée générale sera précédée d’une réunion de préparation du Comité directeur à 14 h.

Le Président : Daniel Blardone

À noter :

  • Réunion d’ information des parents pour les cours Jeunes et  les insrciptions. Un permanence sera  assurée le mardi 11 septembre de 17 h 30 à 19 h.
  • Reprise des cours jeune à partir du mardi 18 septembre.

La gloire de JR

L’Est Républicain du 17 août 1986. Un clic pour agrandir.

1929-2019 ! Dans un an, nous fêterons les quatre-vingt dix ans de la Tour Prends Garde. Pourquoi, me direz-vous, ne pas attendre le prestigieux centenaire de cette vielle dame en bonne santé. C’est que, si notre tour a encore tous ses créneaux, certains d’entre nous commencent quelque peu à se décrépir et se lézarder et craignent, le moment venu, de ne plus avoir le souffle pour grimper sur le chemin de ronde et tirer les feux d’artifice en son honneur. À l’initiative de Bernard Pellaton, ce souhait de retracer l’histoire de la Tpg au travers de la presse. Un travail de fourmis à farfouiller dans nos archives et dans celle de la presse locale. Chaque dimanche, une coupure de presse vous rappellera peut-être quelques souvenirs nostalgiques. Cette rubrique sera aussi la vôtre. N’hésitez pas à intervenir, envoyant anecdotes, documents et photographies jaunies.