Ludinam

Dans le dernier BVV, je découvre en page 18,  l’article Besançon Maître du Jeux, sur le grand festival ludique et culturel Ludinam du 25 au 28 mai, organisé par le Collectif  ludique bisontin. Notre club est cité, mais à ma connaissance, nous n’avons pas été sollicité pour y participer. Étrange ! Pour lire en grand, un clic sur le carré à droite.

Renseignement pris auprès du collectif, voici la réponse : « Nous avons donc choisis de ne faire appel pour cette première édition qu’aux associations faisant déjà partie de notre réseau et avec lesquelles nous avons déjà travaillé (cela a été décidé il y a plusieurs mois déjà, lorsque l’espace disponible a été connu). Donc pour cette édition, nous en sommes désolé, mais votre association ne pourra être présente. » Notre jeu, presque deux fois millénaire, le plus vieux jeu au monde encore joué, ne fait sans doute pas assez « djeunes ».

Échecs à Napoléon

« Les échecs, c’est trop difficile pour n’être qu’un jeu, et pas assez sérieux pour être une science ou un art » aurait dit Napoléon Bonaparte. Lorsque le 14 septembre 1812, son armée atteint la capitale russe, Moscou est déserte, sans vivres et brûlée par les Russes eux-mêmes. Dans une ville en ruines, sans obtenir la reddition du Tsar de Russie, Napoléon se rend compte que rester là, c’est mourir de faim et de froid. La retraite de Russie commence. Les soldats français, affamés et mal équipés, auront à parcourir des centaines de miles, harcelés par l’armée russe, qui profitera de l’avantage de la connaissance du terrain pour humilier Napoléon.

echecs napoleon
La Campagne de Russie, 1812

À la rivière Bérézina, c’est un désastre total. Les Russes ont miné le pont avec de la poudre à canon et le font exploser quand les Français traversent. Les cosaques attaquent de tous côtés. C’est une boucherie ! Si les Russes avaient voulu, ils pouvaient détruire complètement l’armée d’invasion et capturer Napoléon lui-même, mais ils le laissèrent se retirer, vaincu pour la première fois de sa glorieuse carrière militaire. Sur plus de 600 000 hommes qui pénétrèrent sur le territoire russe, seulement 58 000 revinrent.

echecs napoleon
Bernard Edouard Swebach – Retraite de Russie

Alexander Dmitrievich Petrov (1794-1867) avait 18 ans quand Napoléon envahit le pays. Joueur d’échecs et compositeur d’études et de problèmes, il fut le premier grand maître d’échecs russe. Il analysa avec Carl Jaenisch, la défense 1. e4 e5 2. Nf3 Nf6 encore jouée aujourd’hui. Sa plus célèbre étude, La Retraite de Napoléon Bonaparte de Moscou, est une métaphore échiquéenne, racontant comment la cavalerie cosaque du maréchal Koutouzov bouta Napoléon hors du sol russe.

       

Position initiale de l’étude : en rouge Moscou, en vert Paris et la Bérézina en jaune.


Plus de 700 articles sur  Le Patrimoine des Échecs

Idylle échiquéenne

L’œil du Tigre

Le regard du prédateur ! On y croirait presque si nous ne connaissions pas le bon caractère de notre Chadi.

Chadi dévorera, pourtant son adversaire en 12 coups (de dents). Voilà, c’est parti pour les poussins, Chadi (5/9), et petits poussins, Nathaniel (1½) dans l’Open B. La tâche, cette année, n’était pas simple pour Chadi, car le groupe des poussins comportait 4 joueurs à plus de 1800 points elo !  Juliette termine à 6 points à la 13e place et une performance  à 1552 et Séléné à 3 points.

UNE RÉFLEXION AU SUJET DE « L’ŒIL DU TIGRE »

  1. Bravo à Juliette pour sa superbe fin de tournoi à 3 sur 3 avec une belle perf à la dernière ronde. Et bravo aux autres, évidemment !

Printemps : ronde 2


Malheureusement, Émile craque en fin de partie et donnera le gain.

Sans fausse note

Alexeï était resté sur une fausse note lors de notre dernier déplacement à Créteil. A Nancy, Alexeï a mis un point d’honneur a rétablir sa vraie valeur et cela s’est traduit, à notre grand plaisir, par une fin de semaine parfaite avec 2/2pts marqués. Je vous propose sa dernière partie (commentée).

N.B. Remarquez, sous le titre, le nom du petit personnage et non pas l’habituel . Je ne serai plus le seul à sévir dans ces pages. Jean-Robert s’y occupera de quelques rubriques. N’oubliez pas que notre site est interactif et que divers contributeurs peuvent y intervenir sans passer par le webmaster (avec une petite formation simplissime) et sans craindre de mettre le site sans dessus dessous.

Coupe de France

Je propose à nouveau cet article un peu ancien, car dans ma précipitation de poster le résultat, je n’avais pas pris garde aux commentaires que nous proposait Jean Robert.

J’apprends ce matin par notre directeur technique que se jouait également la 16e de finale de la Coupe de France. Bravo aux tépégistes inconnus pour leur victoire. Votre dévoué webmaster a, il est vrai de nombreuses qualités, mais ne pratique ni la boule de cristal, ni le marc de café. N’oubliez pas de m’envoyer de telles informations.

Besancon Tpg 2 – 1 Cluses-Saint-Jeoire
1B f VESIN Jean-Robert 2220 X – X f DELEVA Michael 2256 1N
2N RACLE Valentin 2140 0 – 1 DELEVA Mathias 2104 2B
3N SERMIER Alain 2016 1 – 0 MARCHAND Raphael 2027 3B
4B f NAUDIER Serge 2160 1 – 0 PARNY Mathieu 1818 4N

Jean-Robert nous communique les résultats !

« Quand j’ai commencé à relever la tête, nous raconte Jean-Robert, au bout de trois quart d’heure pour jeter un œil sur les autres échiquiers, la situation était :

  • Serge (4) dominait les débats et avait négocié un passage en finale de tours avec un pion de plus et une grosse activité
  • Alain (3), dont l’adversaire avait eu le bon goût de jouer un gambit Roi, était dans son élément (j’avais moi même éprouvé avec angoisse la maîtrise d’Alain sur cette ouverture) et avait développé une grosse attaque sur le Roi blanc.
  • Valentin (2) , de son côté, jouait avec les Noirs son habituelle Sicilienne (système avec 2..  e6), son adversaire avait opté pour un système avec double fianchetto. Valentin a sacrifié un pion (b7) pour un jeu dynamique, qui malheureusement n’aboutit pas au résultat escompté.
  • Je (1) m’étais préparé consciencieusement avec les Blancs contre mon adversaire (dans les parties trouvées dans les bases de données, il jouait pratiquement toujours le même système avec les Noirs à base de d6 et c6)…..pour rien!! Mon adversaire me joue une Française, du coup, craignant une éventuelle préparation, j’optai pour une Française fermée (système que j’ai joué souvent quand j’étais jeune).

Bilan final :
Alain a gentiment massacré son adversaire : 1-0
Valentin a abandonné : 1-1
Serge a magistralement joué sa finale et la promotion d’une dame en h8 a mis fin au débat : 2-1
Quant à moi, j’étais serein, car je ne pouvais pas perdre une finale avec N et 3 pions liés contre B et 2 pions isolés. J’ai essayé de gagner, mais mon plan n’était pas bon (Rybka donne clairement gagnant, dommage), j’ai proposé la nulle, synonyme de qualification, et mon adversaire, à qui j’avais grignoté ses 2 pions (au détriment de ma structure de pions), n’avait pas d’autre choix que d’accepter : 2-1. »

Jean-Robert Vesin

Clap de fin pour les interclubs

Dimanche 2 avril, s’achevait la saison pour les interclubs. Notre directeur technique, Jean-François Corsini, nous en fait le bilan :

Les dernières rondes des interclubs se déroulaient ce premier week-end d’avril. Les objectifs fixés par le comité directeur sont atteints à savoir la montée en N1 pour l’équipe 1 et le maintien pour les autres.

Félicitations pour commencer à notre équipe première bien emmenée par son capitaine Guillaume Sermier. Elle réalise le score parfait : 10 victoires pour 10 matchs ! Elle retrouve donc la N1 après 2 ans de purgatoire en N2.

Les équipes 2 et 3 jouaient dans le groupe 16 de N3. L’équipe 2 de Lastar Toch a bataillé jusqu’au bout et termine à la 5e place sur 10 avec 4 victoires, 2 nuls et 3 défaites. L’équipe 3 de Franck Chevassu monte sur le podium à une belle 2e place avec 5 victoires, 2 nuls et 2 défaites.

Les équipes 4 et 5 jouaient dans le groupe régional de N4. L’équipe 4 de Claude Hugonnot avec 3 victoires et 2 défaites est à une place logique, 3e sur 6. La tâche paraissait compliquée pour l’équipe 5 et sa capitaine Christine Frédéric. Mais grâce à une victoire 8-0 à Saint-Claude, elle assure le maintien de belle manière. À noter la mixité de cette équipe qui a aligné pour certaines rondes 4 féminines sur 8 joueurs ! Place finale 5e sur 6.

L’équipe 6 engagée en Régionale et dirigé par Michel Loeillot a joué de belle façon. 2 victoires, 1 nul et 2 défaites dans un groupe relevé lui donne la 4e place sur 6. Cette sympathique équipe est composée de jeunes joueurs et de plus anciens avec plusieurs décennies d’écart entre eux. Une autre forme de mixité !

Je remercie chaleureusement tous les acteurs qui ont participé à cette belle saison et bien sûr les capitaines d’équipes qui m’ont grandement facilité le travail. Bonne fin de saison à vous tous !

Jean-François Corsini, directeur technique

dscf2729

UNE RÉFLEXION AU SUJET DE « CLAP DE FIN POUR LES INTERCLUBS »

Équipes

Samedi 1er avril

Nationale II Nancy Stanislas 1 1 4 Besancon T.P.G. 1
Nationale III Esbarres 2 1 4 Besancon T.P.G. 2
Nationale III Dijon Ducs 2 2 Besancon T.P.G. 3

L’équipe I est, ce soir, première de son groupe ! Était-ce la dernière marche pour le retour en Nationale I ? Je crois que oui ! Ou faut-il, demain, ne pas rater la marche ? Attendons confirmation de notre directeur technique…

Dimanche 2 avril

Nationale II Besancon T.P.G. 1 4 1 Metz Fischer 2
Nationale III Besancon T.P.G. 2 3 4 Belfort
Nationale III Vesoul 2 5 Besancon T.P.G. 3
Nationale IV Besancon T.P.G. 4 1 4 Echiquier Ledonien
Nationale IV Belfort-Echecs 2 6 1 Besancon T.P.G. 5

Victoire de la I contre Metz, de la III contre Vesoul, moins de réussite pour les autres équipes, mais… nous pouvons sortir les fanions ! L’équipe une avec ses 2 victoires est bien en tête et retrouvera
la Nationale I !

Bravo à tous !

Des photos de l’équipe 2, postées par Anne-Laure sur notre page

Forum des Chaprais

Regardez-moi ce regard malicieux d’une future, j’espère, tépégiste !

Pour la deuxième année consécutive, nous participons au Forum des associations du quartier des Chaprais. L’après-midi commence un peu maussade, nous sommes près du bar, lieu stratégique, sans doute, mais très à l’écart du monde. Puis nos échiquiers, en fin d’après-midi, s’animent quelque peu : cette petite mignonne à l’œil pétillant affronte Anne-Laure qui voudrait bien l’intégrer à son équipe. Karim s’installe peu avant que nous remballions et semble emballé. Il viendra nous rendre visite samedi. Qu’ils viennent ou non, nous verrons, Ce qui importe est que l’échiquier est de ces lieux privilégiés offrant de brèves, mais fortes rencontres !

Les Échecs, un jeu de dames

Le premier Championnat de France féminin se disputa au cercle Le Fou du Roi, à Montmartre, du 20 janvier au 10 février 1924. On ne joue que les dimanches. 12 concurrentes, éliminées quand elles perdent deux parties. Ce fut un événement considérable pour l’époque, très peu de pays organisaient de tels championnats féminins, le premier Championnat du monde féminin ne sera organisé qu’en 1927. La presse quotidienne se fit l’écho de l’événement dans le style gentiment machiste du temps.

Mlle la doctoresse Landais disputant une partie  contre Mlle Lipstchutz, 20 janvier 1924, Agence Rol.

Un tournoi sur la butte Montmartre

En un tournoi qui commençait hier au flanc de la butte Montmartre et s’y continuera les deux dimanches prochains, le « Fou du Roi », cercle d’échecs, met aux prises une douzaine de dames.
— Pas davantage ?
— Mon Dieu, non : de toutes les femmes du monde, nous dit M. Barberis, le président du cercle, c’est la Française qui s’intéresse le moins au noble jeu d’échecs.
— Y joue-t-elle bien toutefois, quand elle s’y met ?
— Comme toutes les femmes beaucoup d’intuition, assez peu de logique : des coups de génie : tout à l’heure, un mat en huit coups à côté de ça, des étourderies inexcusables.
— Voyons cela..
Les championnes sont de tout âge ; dirons-nous qu’au premier abord, la valeur semble bousculer quelque peu le nombre des années ? Les blanches jouent… et ne gagnent guère ; mais peut-être elles temporisent : le sourire de la doctoresse Landais, chevalier de la Légion d’honneur, ne nous dit rien de bon pour sa partenaire.
Mme Gromer, dont le professeur est son fils, le petit prodige de quatorze ans que l’on sait, vient de perdre, en coup de foudre, une partie gagnée patiemment et à coup sûr. Fraîche et crépue, une fillette aux bras minces souffle un tout petit pion sans conséquence, avec la timidité qu’elle mettrait à ne pas choisir, sur une assiette de gâteaux, le plus gros, avec de la crème. Son adversaire, malicieuse et maternellement attendrie, lui souffle incontinent un joli cavalier la jeune personne rougit et mord sa lèvre incarnadine on vous revaudra ça, madame, quand on aura dix-huit, ans.
Deux de ces dames, seulement, fument la cigarette ; mais au bord de chaque table, il y a deux petits tas formés d’une paire de gants, d’un bouquet de violettes et d’un sac à main et la perdante, invariablement, dès qu’elle se voit sans autre recours possible, se dérobe à la façon des déesses vaincues dans un nuage… un petit nuage de poudre de riz. Tout est perdu, fors la face.

          
Les coupures de presse de l’époque.

Plus de 700 articles sur  Le Patrimoine des Échecs

Forum des associations des Chaprais

Samedi 1er avril, nous participerons pour la deuxième année consécutive au forum des associations du quartier des Chaprais qui aura lieu au FJT de la Cassotte. Le club sera ouvert, mais sachez que s’y déroulera une compétition par équipe et trois autres équipes joueront à l’extérieur. Vous pouvez nous rejoindre au forum.

Coupe Loubatière

Le club d’Esbarres organisait ce dimanche la phase régionale de la coupe Loubatière. L’arbitre Mickaël Boileau doit gérer un sytème Molter du fait de l’absence d’une équipe. Pour les capitaines plus de stratégie d’équipe car chaque point compte. Pour la première ronde Tuan-Anh et Anh-Hoang marquent 1 point chacun, Bernard réagit tardivement à une attaque de son adversaire et doit abandonner. Vassili annule. Après une petite collation concoctée par Delphine et son équipe, la ronde 2 débute avec JFC à la place de Vassili. Rebelote pour la famille Tran ! JFC marque également 1 point. Rebelote aussi pour Bernard qui n’a visiblement pas fait le bon choix de crampons ! Et qui regagne sa tanière sur le champ. La troisième ronde est très importante, car il y a 4 équipes qui jouent encore les 2 places qualificatives. JFC gagne 1 pion dans l’ouverture, joue trop passivement et se retrouve dans l’obligation de rendre ce pion pour forcer une répétition de coup. Puis c’est de nouveau Tuan-Anh et Anh-Hoang qui nous apportent 2 points grâce à de belles combinaisons ! Vassili a une position gagnante avec 2 pions de plus. Il ne joue pas au mieux la finale et la partie dure. Son adversaire finit par tomber au temps sous la pression. 2.5 + 3 + 3.5 cela fait 9 points sur les 3 rondes et nous place premier ! Esbarres avec 8 points est le second qualifié pour la phase inter-régionale. A signaler le magnifique 6/6 de nos amis Tran qui se régalent dans cette compétition. Une belle journée et une victoire de plus pour notre club avec une belle coupe à la clé.

Le capitaine Jean-François Corsini

L’équipe victorieuse : Jean-François Corsini, Anh-Hoang Tran, Vassili Duboz et Tuan-Anh Tran, J’ai oublié le grand Bernar Py qui doit prendre la photo  et c’est aussi bien qu’il soit derrière l’objectif, il ne rentre jamais dans le cadre du cliché !

Bon et mauvais B

Les Blancs ont un pion de moins, mais notez que le B de cases noires à l’œil mauvais sur le pion b2. Seul le K le protège. Le B blanc est vraiment un bouffon, se tapant la tête sur g6 qui est un véritable mur. Les Noirs sont mieux que joueriez-vous ?

Un clic pour la solution :

L’activité du B dépend fortement de l’emplacement des pions. Un B qui n’est pas bloqué par ses pions propres est bon, alors qu’un mauvais B a sa mobilité limitée par ses propres pions (et parfois par les pions de l’adversaire). Le principe suivant de l’interaction entre les pions et le B fut formulé par l’ancien champion du monde José Raul Capablanca : lorsque votre adversaire possède un B, vous devez placer vos pions sur la même couleur que le B adverse. Mais, si vous le possédez, alors vous devez essayer de placer vos pions sur les cases de la couleur opposée, peu importe si votre adversaire a un B ou non. Avec son calme de panda échiquéen, notre Valentin, illustre cet aphorisme au travers de deux parties.

Les cours sont ouverts à tous, licencié ou non.

Club Échecs Besançon