Archives par mot-clé : Actualités

Saturne rond pour Benoît

Notre savantissime Benoît sur l’Est Républicain du 2 août. Cliché Pierre Laurent.

Après Bernard Courtot et ses coléoptères, c’est le tour de notre ami Benoît Noyelles de faire la une de l’actualité régionale. Astrophysicien à l’Institut Utinam de Besançon, il a découvert un élément clé sur la formation des anneaux de Saturne, la deuxième plus grosse planète du système solaire. Lire l’article sur L’Est Républicain.

2 RÉFLEXIONS SUR « SATURNE ROND POUR BENOÎT »

Une sentinelle perdue

Une tour (warder) de Lewis perdue et retrouvée,XIIe siècle.

Une tour (warder) médiévale, l’une des cinq pièces appartenant à la horde de Lewis disparues depuis près de deux siècles, sommeillait  dans un tiroir d’Edimbourg. Les pièces furent probablement  fabriquées — la plupart d’entre elles à partir d’ivoire de morse —  entre le XIIe et le XIIIe siècles à Trondheim, en Norvège. La théorie principale de leur provenance est qu’elles appartenaient sans doute à un commerçant qui, lors d’un naufrage, enfouit sa précieuse cargaison pour la récupérée plus tard. Alors que 82 pièces du trésor étaient exposées au British Museum et 11 au musée national d’Écosse, un chevalier et quatre gardiens — nécessaires pour compléter ces jeux — ont disparu depuis le XIXe siècle. Ce gardien était l’une de ces pièces manquantes. Dans la Scandinavie médiévale, le chariot indien, placé à l’extrémité de l’échiquier devint tout naturellement une sentinelle surveillant les alentours et une tour de guet dans l’Europe plus méridionale.

En 1964, un marchand d’antiquités d’Édimbourg achète la pièce manquante au prix de 5 livres. L’achat est enregistré dans son inventaire comme « ancienne pièce d’échecs guerrière en ivoire de morse ». Transmise à sa famille, elle  resta dans un tiroir pendant 55 ans. La fille de l’antiquaire la sortait parfois pour l’admirer sans se douter de son caractère unique… et de son prix ! L’expert, Alexander Kader, qui examina la pièce pour la famille, a déclaré que leurs  « mâchoires sont  tombées »  lorsqu’ils ont réalisé ce qu’ils avaient en leur possession. Le visage grincheux, prêt à vous transpercer de son épée, ce garde sera vendu aux enchères 735 000 de livres (818 639 €) à la Sotheby’s Auction House de Londres, le 2 juillet, un nouveau record pour une pièce d’échecs médiévale. On s’en doute, le nouveau propriétaire est resté anonyme.

Des Échecs aux coléoptères

Le saviez-vous ? Notre ami Bernard Courtot est tépégiste-entomologiste, un scientifique amateur, étudiant les insectes et passionné par les coléoptères. Il a de quoi faire, car il s’agit de l’ordre qui comporte le plus grand nombre d’espèces décrites, près de 387 000. Il vient de publié, avec trois collègues, le Catalogue illustré des Coléoptères de Franche-Comté, un ouvrage avec photographie du Negastrius sabulicola, de l’Œdostethus quadipustulatus et de tous leurs autres petits copains au demeurant fort sympathiques. Nous attendrons avec impatience son prochain ouvrage sur le Coleoptera clubensis tepegeticus, malheureusement en voie d’extinction.

Notre ami Bernard Courtot tout à droite avec ses collègues.

UNE RÉFLEXION SUR « DES ÉCHECS AUX COLÉOPTÈRES »

  1. Wouah ! Bernard, ça m’intéresse ! je vais me le procurer. J’étais depuis toujours intéressé par les insectes et les plantes, bien que je n’ai pas beaucoup de connaissances.
    Chapeau mon ami ! 🙂
    Tuan

Il faut un but…

… aux Échecs comme au foot !

“Et n’allez pas croire que les échecs soient si différents du foot ! Ils peuvent sembler un jeu individuel, mais en réalité, ils demandent un grand sens du collectif : il faut associer les pièces pour les faire travailler ensemble. Pareil pour une équipe de foot qui ne saurait se contenter d’aligner des individualités fortes.”

takalirsa.fr