… Un président s’en vient

Claude Hugonnot et Daniel Blardone
Claude Hugonnot et Daniel Blardone

Eh bien, me voilà président ! Non pas sans quelques inquiétudes de prendre la relève après ces 23 années où notre club profita de l’expérience de Daniel. Je le remercie sincèrement pour ce soutien qu’il m’apportera tout au long de cette année, me faisant partager sa connaissance du monde échiquéen. Je sais également, que je peux compter sur l’aide et les conseils avisés du Comité Directeur qui s’enrichit de trois nouveaux membres : Jean LE FLOCH, Benoît NOYELLES et Thierry VERNIER. Bien des choses me restent à apprendre, mais la motivation et l’enthousiasme sont là. Enthousiasme tout feu tout flamme, mais que mes amis du Comité sauront tempérer avec sagesse.

Notre club fonctionne, et fonctionne plutôt bien. Nous en connaissons tous les points forts. Le but d’un club d’échecs est de permettre avant tout à ses membres de jouer aux échecs. Cette mission est bien remplie : deux tournois internes, un open à la Toussaint, un rapide (peut-être pas assez de blitz), des compétitions par équipes avec plus d’une cinquantaine de joueurs actifs, des dizaines d’heures de cours annuels par d’excellents formateurs, un club ouvert toute l’année (ce qui ne doit pas être si fréquent) avec les Échecs au Parc et tout cela dans une ambiance conviviale et amicale. Une centaine de membres se maintenant d’année en année grâce à l’arrivée régulière de nouveaux qui compense les inévitables départs.

Les points faibles, nous les connaissons également. Le plus sensible : le secteur jeune. C’est sans doute le plus grand chantier auquel nous devons nous atteler. Une commission jeune va se mettre en place. Vous y êtes tous invités. Il est important que nous puissions créer des passerelles entre notre club et les enfants que nous formons dans les écoles pour les inciter à nous rejoindre.

Promouvoir les échecs féminins doit être également un de nos objectifs. Christine FRÉDÉRIC, responsable de ce secteur à la Ligue,  pourra nous y aider. Une journée des échecs féminins sera mise en place le 19 octobre avec la présence de Sophie MILLIET, sextuple championne de France.

Il nous faut aussi travailler notre communication, ne pas rater une occasion d’un article dans l’Est Républicain. Participer à des événements comme Ludinam pour nous montrer, ou bien encore nous greffer sur des événements sans lien direct avec les échecs, mais qui nous permettront d’être en contact avec un large public (installer, par exemple, nos tables à la citadelle pour une journée du patrimoine, ou participer prochainement à la Journée Nationale du sport scolaire, sans doute un peu tard pour cette année, etc). Les Échecs au Parc nous ont prouvé que les promeneurs s’arrêtent facilement à nos tables et apprécient notre accueil convivial et surtout, reviennent ! Il nous faut aussi faire le tour des lieux bisontins où l’on joue aux échecs : collèges, lycées, facs, les entreprises, les contactant pour d’éventuels partenariats. Et bien d’autres pistes qui restent encore à explorer…

Mais tout cela, comme le soulignait Daniel, n’est pas que l’affaire d’un président, d’un comité directeur. Imaginez ce que nous pourrions accomplir avec une petite quinzaine de tépégistes s’investissant seulement 3 ou 4 heures par mois avec les jeunes, à la fac, dans les comités d’entreprise. Si le but d’un club d’échecs est de permettre avant tout à ses membres de jouer, il doit être aussi un tremplin pour partager notre passion des échecs et les promouvoir auprès du plus grand nombre.

Un grand merci encore à Daniel pour son dévouement à la cause des échecs. Et, si la fonction de président me réserve sans doute quelques tâches ardues, il en est une qui me sera très agréable, celle de vous proposer bientôt une petite fête pour remercier chaleureusement Daniel de toutes ces années passées au service de notre club.

Bien amicalement,

Claude HUGONNOT

UNE RÉFLEXION SUR « … UN PRÉSIDENT S’EN VIENT »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *