Archives par mot-clé : Bibliothèque

Bibliothèque

Merci à notre ami Pascal Tournier qui offre une trentaine de bouquins pour notre bibliothèque.
Ne laissez pas s’empoussiérer les livres que vous n’utilisez plus. Offrez-les au club .

Fin de partie

“La vie de Bobby Fischer : une ascension et une chute digne d’une tragédie grecque.” New York Review of books

La maison d’édition Aux Forges de Vulcain publie, en ce mois de février, une biographie sur l’un des plus grands joueurs de tous les temps, l’Américain Robert James Ficher. Frank Brady rencontra Bobby quand il n’avait que dix ans, en 1953. Venu couvrir le championnat d’échecs de Brooklyn, il ignorait qu’il allait rencontrer le plus grand joueur d’échecs de tous les temps, l’homme qui allait révolutionner ce jeu et transformer les champions en rock stars médiatisées. Doté de 181 points de QI, Fischer avait déjà lu, à l’âge de 13 ans, plusieurs centaines de livres d’échecs dans plus de six langues. Son odyssée allait l’emmener des bas-fonds miséreux de Brooklyn aux couvertures de Life et Time Magazine.

Son plus haut fait d’armes est d’avoir battu les Soviétiques aux championnats du monde de 1972, lors d’un match télévisé contre Spasky, match qui devait rester une des manifestations les plus médiatisées de l’affrontement de l’Ouest et de l’Est pendant la Guerre Froide. Après ce sommet, la folie de Fischer qui, canalisée, lui assurait de dominer sa discipline, se retourna contre lui, l’entraînant dans une chute sans fin et spectaculaire, dans laquelle pourtant de nombreux admirateurs lui conservèrent leur amitié : car Fischer était et restera, non seulement une figure à part du monde des échecs, mais aussi l’incarnation d’une folie proprement américaine. Cette biographie, remarquablement écrite, particulièrement précise et riche de mille détails fascinants suit l’ascension et la chute de Fischer, héros pour les uns, monstre pour les autres – mais énigme pour tous… jusqu’à la publication de ce livre. « Fischer jouait aux échecs comme d’autres pratiquent un sport de combat, écrit le Boston Globe. Cette vie hors norme, Frank Brady la raconte avec un sens du dramatique et une justesse sans pareils. »

Bientôt dans notre bibliothèque

Il faut parfois faire un petit sacrifice

C’est un jeune homme ordinaire. Il n’a rien d’un excentrique ni d’un petit prodige égocentrique. En réalité, Maxime Vachier-Lagrave n’est pas tout à fait comme les autres. Ce garçon humble et posé est le champion de France d’échecs, et l’un des cinq meilleurs mondiaux. Pour la première fois, ce prodige de l’échiquier accepte de dévoiler aux lecteurs les coulisses de son sport. Car le jeu d’échecs est un véritable sport de haut niveau, qui impose à ses adeptes un entraînement physique et intellectuel. Maxime n’entend pourtant pas tout lui sacrifier. Pour lui, il y a un horizon au-delà des soixante-quatre cases. Ni professeur Tournesol, ni diva, ni guerrier spartiate, il refuse de mener la vie d’ascète de certains champions. Il boit des mojitos, il raffole des bonbons Haribo, il adore les jeux vidéo, il joue au poker avec ses amis, il parie sur les équipes de foot… Avec mesure, bien sûr, mais sans jamais rien s’interdire.

Ce livre est à la fois l’autoportrait d’un grand maître et la description, de l’intérieur, du monde des échecs au XXIe siècle. Un univers qui intrigue et fascine toujours autant. Il raconte les relations entre adversaires, le « goût du sang », les coulisses et la vie quotidienne lors des tournois, les évolutions techniques ou encore le rôle joué par les ordinateurs. C’est aussi la vision personnelle d’un jeune génie sur le monde, lui qui passe plus des deux tiers de sa vie à l’étranger et y est l’ambassadeur de la France…