Archives par mot-clé : Parties commentées

Où Juliette ne trouve pas son Roméo

Voici une miniature, commentée gentiment par Loïc dont notre jolie Juliette fait les frais. Dans cette position de la Défense Française, Juliette joue 7…f6??. Ce coup caractéristique de la française doit toujours être bien préparé. Ici il constitue une grosse faute. Voyez-vous la suite ?

1983 – Open TPG

Ce sont les gagnants de l’open de la Tour Prends Garde – L’Est Républicain, 1983

L’archiviste de la Tour, Prends Garde a omis de noter la date de cette coupure de presse, sans doute 1983. Vous pouvez y reconnaître Maurice Thuriet, conseiller à la cour d’Appel, historien à ses heures et auteur de l’article Une société bisontine centenaire et président de notre cercle de 1960 à ? Peut-être Philippe Guyot, tout jeunot au premier plan, pourra-t-il nous apporter quelques précisions. Vous aurez reconnu, en arrière-plan, le visage juvénile et rondouillard de notre ami ChessShadow, alias Jean-Robert Vesin.

En réponse à cet article, Jean Robert nous écrit :

“Bonjour à tous,

J’ai retrouvé cet exemplaire du Bulletin de l’Équipe de Ligue qui donne des informations sur cette période (fin 1983/début 1984) et où en page 11, vous trouverez la partie que j’avais gagnée et commentée contre notre ami Bernard lors du championnat de Besançon (que j’avais remporté également). Pour l’anecdote, Bernard, à l’époque, avait eu du mal à digérer cette partie, m’avouant qu’on ne l’avait jamais traité ainsi… Il est vrai qu’avec les Noirs, j’avais extirpé le Roi Blanc de son roque pour l’emmener se faire mater en h7… Amicalement.”

Top 16 – 1993

Non point le championnat de France, comme le titre l’Est Républicain, mais « une ronde groupée du Top 16 en 1993, la compétition la plus prestigieuse que nous ayons organisé », précise fièrement notre président.

Alain Sermier au second échiquer contre un prestigieux adversaire : Boris Vassilievitch Spassky. Un clic sur l’article pour l’agrandir.

« Nous avions comme prévu, évoque Alain, perdu sèchement ce match contre Belfort 7 ½ à 1 ½, car à cette époque il y avait 9 échiquiers. Je me rappelle surtout l’analyse post mortem au cours de laquelle avec sa cordialité habituelle Spasski avait pendant 15 minutes débitées à cent à l’heure des dizaines de variantes à mon avantage. En fait en jouant au 21e coup Bxe3, j’étais a priori mieux, mais c’était terriblement dur à trouver ».

Tournoi d’Automne – Ronde 7

La ronde 6 est terminée. Samedi 21 février débute la ronde 7. Vous aurez jusqu’au samedi 28 février pour jouer. Les parties sont à jour.
20 h, au club, après un dur et long combat contre Jérémie : “Je suis trop vieux pour ce genre de partie !”, se désole notre Bernard.

Coupe de France

Ce dimanche 8 février se déroulait la 32e de Finale de la Coupe de France d’Échecs. Disputée de manière régulière depuis 1961 (selon la FFE), la Coupe de France a connu jusqu’en 1963 des éliminatoires au sein des Ligues, pour accéder en 1/16e de finales. En 1964, la Coupe a adopté le système à élimination directe, toujours en vigueur. Mais contrairement à ce qu’écrit la FFE sur son site, la coupe de France n’est pas née en 1961, mais en 1938. La première année, la compétition ne put être terminée, mais la première finale fut disputée en 1939. La compétition reprit après la Deuxième Guerre mondiale en 47. Quatre tépégistes, Loïc Daspres, Jérémie Devallée, Mathieu Fevre et Lastar Toch affrontèrent le Cercle d’Échecs de la Thur avec brio : « 4-0 ! Nous avons fait un carton plein Mathieu, Jérémie, Loïc et moi » se réjouit notre joyeux Lastar tout fiérot. Bravos à eux tous !

Lastar a mis en ligne les parties dans la section privé du forum et Loïc nous offre sa partie commentée contre Rodolphe Florijan  :

Coupe de France

Ce dimanche 8 février se déroulait la 32e de Finale de la Coupe de France d’Échecs. Disputée de manière régulière depuis 1961 (selon la FFE), la Coupe de France a connu jusqu’en 1963 des éliminatoires au sein des Ligues, pour accéder en 1/16e de finales. En 1964, la Coupe a adopté le système à élimination directe, toujours en vigueur. Mais contrairement à ce qu’écrit la FFE sur son site, la coupe de France n’est pas née en 1961, mais en 1938. La première année, la compétition ne put être terminée, mais la première finale fut disputée en 1939. La compétition reprit après la Deuxième Guerre mondiale en 47. Quatre tépégistes, Loïc Daspres, Jérémie Devallée, Mathieu Fevre et Lastar Toch affrontèrent le Cercle d’Échecs de la Thur avec brio : « 4-0 ! Nous avons fait un carton plein Mathieu, Jérémie, Loïc et moi » se réjouit notre joyeux Lastar tout fiérot. Bravos à eux tous !

Lastar a mis en ligne les parties dans la section privé du forum et Loïc nous offre sa partie commentée contre Rodolphe Florijan  :