Leçon 5.11 : Les Pions Pendants


On appelle pions pendants un duo de pions centraux situés côte à côte sur la même rangée, sans acolytes de leur camp sur les colonnes adjacentes et sans pion adverse sur leurs colonnes. Cette configuration s'obtient avec les deux couleurs et dans de nombreuses ouvertures, particulièrement fréquemment dans le gambit dame refusé, mais aussi dans les ouvertures suivantes : la Nimzo Indienne, l’Ouest Indienne et même de la Grunfeld.



Dans le diagramme 3, l'avance d'un des pions permet de dominer la case e3, fixant la faiblesse blanche en e2 que les pièces noires ont prise comme objectif. Il est clair que les pions pendants participent grandement à l'attaque. Les pions pendants sont très dynamiques lorsqu'ils sont côte à côte, l'un peut avancer protéger par le coéquipier. Ils contrôlent alors les cases devant eux et chassent les pièces ennemies, mais le camp qui les possède doit préparer minutieusement la position de leurs pièces avant 


c4 et d4 sont des pions pendants


Bernstein,O. - Capablanca,J. 1914 


diag.3


diag.4


Pour G. Flear, la structure de pions pendants est à double tranchant, leur force réside dans leur contrôle de nombreuses cases clés centrales situées devant eux, mais leur faiblesse dans leur manque de mobilité, l'avancée de l'un ou de l'autre créé des cases faibles qui pourront être occupées par des pièces adverses et privés du soutien d'autres pions amis, ils peuvent devenir des objectifs d'attaque. Leur faculté de donner naissance à un pion passé est également limitée.

Dans la situation du diagramme 2, « le plan des Blancs, explique Capablanca commentant sa partie contre le Dr Bernstein, est de travailler sur la faiblesse combinée des deux pions centraux, puisqu'ils doivent être défendus par des pièces... les Tours blanches doivent occuper les colonnes semi-ouvertes, alors que les Tours noires se placeront derrière pour les défendre ».  Mais Capablanca propose l'échange des Dames, débutant ici un plan typique de ce genre de position : la pression sur la colonne b et le pion b2. L'échange des souveraines est inacceptable pour les Blancs, car il renforcerait les pions centraux de l'adversaire. Après 15. De2, trouverez-vous le coup de Capablanca pour continuer le plan ?
 

Un clic sur les diagrammes pour voir les parties

de lancer de manière favorable l'un des pions pendants. Comme toujours aux Échecs, il n'y a pas d'avantage sans contrepartie et quand les pièces disparaitront, ils perdront de leur force, risquant de devenir arriérés en cas d'avance ou isolé en cas d'échange. Leur faiblesse réside dans leur manque de mobilité, l'avancée de l'un ou de l'autre créé des cases faibles qui pourront être occupées par des pièces adverses.

Dans le quatrième diagramme, l'avance d4 a créé une terrible faiblesse, formant des trous dans la structure en c4 et d3. Les Blancs ont répondu agressivement en fixant les pions adverses et attaquant le pion arriéré c5.  

Accueil Indice Siguiente