Coupe de France

Besancon Tpg 4 – 0 Avinkha – Vaulx-en-Velin
1B g CHARNUSHEVICH Aliaksei 2469 1 – 0 TAHAY Alexis 2239 1N
2N m SERMIER Guillaume 2368 1 – 0 TAHAY Romain 1971 2B
3N RACLE Valentin 2159 1 – 0 DONON Robin 2060 3B
4B POIGNOT Quentin 2223 1 – 0 GUIGNIER Nicolas 2195 4N

Brillants résultats des tépégistes qui sont qualifiés pour les ¼ de finales.
Les résutats complets dans l’onglet  Équipes/Coupes/France.

UNE RÉFLEXION AU SUJET DE « COUPE DE FRANCE »

Esprit de Sacrifice

Vous avez dit romantique ?

UNE RÉFLEXION AU SUJET DE « VOUS AVEZ DIT ROMANTIQUE ? »

  1. Quentin qui a participé à l’analyse post-mortem de la partie n’a pas vu ce coup ! Comment veux-tu que le modeste elo que je suis aie pu le voir ?
    Bernard

Ludinam

Dans le dernier BVV, je découvre en page 18, l’article Besançon Maître du Jeux, sur le grand festival ludique et culturel Ludinam du 25 au 28 mai, organisé par le Collectif ludique bisontin. Notre club est cité, mais à ma connaissance, nous n’avons pas été sollicités pour y participer. Étrange ! Pour lire en grand, un clic sur le carré à droite.

Renseignement pris auprès du collectif, voici la réponse : « Nous avons donc choisi de ne faire appel pour cette première édition qu’aux associations faisant déjà partie de notre réseau et avec lesquelles nous avons déjà travaillé (cela a été décidé il y a plusieurs mois déjà, lorsque l’espace disponible a été connu). Donc pour cette édition, nous en sommes désolés, mais votre association ne pourra être présente. » Notre jeu, presque deux fois millénaire, le plus vieux jeu au monde encore joué, ne fait sans doute pas assez « djeunes ».

Échecs à Napoléon

« Les échecs, c’est trop difficile pour n’être qu’un jeu, et pas assez sérieux pour être une science ou un art » aurait dit Napoléon Bonaparte. Lorsque le 14 septembre 1812, son armée atteint la capitale russe, Moscou est déserte, sans vivres et brûlée par les Russes eux-mêmes. Dans une ville en ruines, sans obtenir la reddition du Tsar de Russie, Napoléon se rend compte que rester là, c’est mourir de faim et de froid. La retraite de Russie commence. Les soldats français, affamés et mal équipés, auront à parcourir des centaines de miles, harcelés par l’armée russe, qui profitera de l’avantage de la connaissance du terrain pour humilier Napoléon.

echecs napoleon
La Campagne de Russie, 1812

À la rivière Bérézina, c’est un désastre total. Les Russes ont miné le pont avec de la poudre à canon et le font exploser quand les Français traversent. Les cosaques attaquent de tous côtés. C’est une boucherie ! Si les Russes avaient voulu, ils pouvaient détruire complètement l’armée d’invasion et capturer Napoléon lui-même, mais ils le laissèrent se retirer, vaincu pour la première fois de sa glorieuse carrière militaire. Sur plus de 600 000 hommes qui pénétrèrent sur le territoire russe, seulement 58 000 revinrent.

echecs napoleon
Bernard Edouard Swebach – Retraite de Russie

Alexander Dmitrievich Petrov (1794-1867) avait 18 ans quand Napoléon envahit le pays. Joueur d’échecs et compositeur d’études et de problèmes, il fut le premier grand maître d’échecs russe. Il analysa avec Carl Jaenisch, la défense 1. e4 e5 2. Nf3 Nf6 encore jouée aujourd’hui. Sa plus célèbre étude, La Retraite de Napoléon Bonaparte de Moscou, est une métaphore échiquéenne, racontant comment la cavalerie cosaque du maréchal Koutouzov bouta Napoléon hors du sol russe.

       

Position initiale de l’étude : en rouge Moscou, en vert Paris et la Bérézina en jaune.


Plus de 700 articles sur  Le Patrimoine des Échecs

Idylle échiquéenne

L’œil du Tigre

Le regard du prédateur ! On y croirait presque si nous ne connaissions pas le bon caractère de notre Chadi.

Chadi dévorera, pourtant son adversaire en 12 coups (de dents). Voilà, c’est parti pour les poussins, Chadi (5/9), et petits poussins, Nathaniel (1½) dans l’Open B. La tâche, cette année, n’était pas simple pour Chadi, car le groupe des poussins comportait 4 joueurs à plus de 1800 points elo !  Juliette termine à 6 points à la 13e place et une performance  à 1552 et Séléné à 3 points.

UNE RÉFLEXION AU SUJET DE « L’ŒIL DU TIGRE »

  1. Bravo à Juliette pour sa superbe fin de tournoi à 3 sur 3 avec une belle perf à la dernière ronde. Et bravo aux autres, évidemment !

Printemps : ronde 2


Malheureusement, Émile craque en fin de partie et donnera le gain.

Sans fausse note

Alexeï était resté sur une fausse note lors de notre dernier déplacement à Créteil. A Nancy, Alexeï a mis un point d’honneur a rétablir sa vraie valeur et cela s’est traduit, à notre grand plaisir, par une fin de semaine parfaite avec 2/2pts marqués. Je vous propose sa dernière partie (commentée).

N.B. Remarquez, sous le titre, le nom du petit personnage et non pas l’habituel . Je ne serai plus le seul à sévir dans ces pages. Jean-Robert s’y occupera de quelques rubriques. N’oubliez pas que notre site est interactif et que divers contributeurs peuvent y intervenir sans passer par le webmaster (avec une petite formation simplissime) et sans craindre de mettre le site sans dessus dessous.

Coupe de France

Je propose à nouveau cet article un peu ancien, car dans ma précipitation de poster le résultat, je n’avais pas pris garde aux commentaires que nous proposait Jean Robert.

J’apprends ce matin par notre directeur technique que se jouait également la 16e de finale de la Coupe de France. Bravo aux tépégistes inconnus pour leur victoire. Votre dévoué webmaster a, il est vrai de nombreuses qualités, mais ne pratique ni la boule de cristal, ni le marc de café. N’oubliez pas de m’envoyer de telles informations.

Besancon Tpg 2 – 1 Cluses-Saint-Jeoire
1B f VESIN Jean-Robert 2220 X – X f DELEVA Michael 2256 1N
2N RACLE Valentin 2140 0 – 1 DELEVA Mathias 2104 2B
3N SERMIER Alain 2016 1 – 0 MARCHAND Raphael 2027 3B
4B f NAUDIER Serge 2160 1 – 0 PARNY Mathieu 1818 4N

Jean-Robert nous communique les résultats !

« Quand j’ai commencé à relever la tête, nous raconte Jean-Robert, au bout de trois quart d’heure pour jeter un œil sur les autres échiquiers, la situation était :

  • Serge (4) dominait les débats et avait négocié un passage en finale de tours avec un pion de plus et une grosse activité
  • Alain (3), dont l’adversaire avait eu le bon goût de jouer un gambit Roi, était dans son élément (j’avais moi même éprouvé avec angoisse la maîtrise d’Alain sur cette ouverture) et avait développé une grosse attaque sur le Roi blanc.
  • Valentin (2) , de son côté, jouait avec les Noirs son habituelle Sicilienne (système avec 2..  e6), son adversaire avait opté pour un système avec double fianchetto. Valentin a sacrifié un pion (b7) pour un jeu dynamique, qui malheureusement n’aboutit pas au résultat escompté.
  • Je (1) m’étais préparé consciencieusement avec les Blancs contre mon adversaire (dans les parties trouvées dans les bases de données, il jouait pratiquement toujours le même système avec les Noirs à base de d6 et c6)…..pour rien!! Mon adversaire me joue une Française, du coup, craignant une éventuelle préparation, j’optai pour une Française fermée (système que j’ai joué souvent quand j’étais jeune).

Bilan final :
Alain a gentiment massacré son adversaire : 1-0
Valentin a abandonné : 1-1
Serge a magistralement joué sa finale et la promotion d’une dame en h8 a mis fin au débat : 2-1
Quant à moi, j’étais serein, car je ne pouvais pas perdre une finale avec N et 3 pions liés contre B et 2 pions isolés. J’ai essayé de gagner, mais mon plan n’était pas bon (Rybka donne clairement gagnant, dommage), j’ai proposé la nulle, synonyme de qualification, et mon adversaire, à qui j’avais grignoté ses 2 pions (au détriment de ma structure de pions), n’avait pas d’autre choix que d’accepter : 2-1. »

Jean-Robert Vesin

Clap de fin pour les interclubs

Dimanche 2 avril, s’achevait la saison pour les interclubs. Notre directeur technique, Jean-François Corsini, nous en fait le bilan :

Les dernières rondes des interclubs se déroulaient ce premier week-end d’avril. Les objectifs fixés par le comité directeur sont atteints à savoir la montée en N1 pour l’équipe 1 et le maintien pour les autres.

Félicitations pour commencer à notre équipe première bien emmenée par son capitaine Guillaume Sermier. Elle réalise le score parfait : 10 victoires pour 10 matchs ! Elle retrouve donc la N1 après 2 ans de purgatoire en N2.

Les équipes 2 et 3 jouaient dans le groupe 16 de N3. L’équipe 2 de Lastar Toch a bataillé jusqu’au bout et termine à la 5e place sur 10 avec 4 victoires, 2 nuls et 3 défaites. L’équipe 3 de Franck Chevassu monte sur le podium à une belle 2e place avec 5 victoires, 2 nuls et 2 défaites.

Les équipes 4 et 5 jouaient dans le groupe régional de N4. L’équipe 4 de Claude Hugonnot avec 3 victoires et 2 défaites est à une place logique, 3e sur 6. La tâche paraissait compliquée pour l’équipe 5 et sa capitaine Christine Frédéric. Mais grâce à une victoire 8-0 à Saint-Claude, elle assure le maintien de belle manière. À noter la mixité de cette équipe qui a aligné pour certaines rondes 4 féminines sur 8 joueurs ! Place finale 5e sur 6.

L’équipe 6 engagée en Régionale et dirigé par Michel Loeillot a joué de belle façon. 2 victoires, 1 nul et 2 défaites dans un groupe relevé lui donne la 4e place sur 6. Cette sympathique équipe est composée de jeunes joueurs et de plus anciens avec plusieurs décennies d’écart entre eux. Une autre forme de mixité !

Je remercie chaleureusement tous les acteurs qui ont participé à cette belle saison et bien sûr les capitaines d’équipes qui m’ont grandement facilité le travail. Bonne fin de saison à vous tous !

Jean-François Corsini, directeur technique

dscf2729

UNE RÉFLEXION AU SUJET DE « CLAP DE FIN POUR LES INTERCLUBS »