¡ Adiós Compadre !

Cecilia est bien triste de nous annoncer la mort ce matin de son frère Porfirio Diaz, compagnon de route tépégiste depuis son arrivée en France dans les années soixante-dix. Militant chilien, il s’engage dans la lutte contre un éventuel putsch de l’armée. Mais lors d’un entraînement, une explosion lui fait perdre la vue. Au lendemain du coup d’État, à 24 ans, recherché par la junte de Pinochet, il choisit l’exil. Trente ans plus tard, guidé par sa fille et filmé pendant 3 mois par sa nièce, il revient au Chili. Cela donnera naissance à un film  Y volveré  « Et je reviendrai ».


De ce voyage là, Porfirio, tu ne reviendras pas,
mais nous garderons de toi cette image d’un homme fort qui n’abandonne pas.

Un abrazo Cecilia

RÉFLEXIONS AU SUJET DE « ¡ ADIÓS COMPADRE !

 

jean-benoit
Salut Porfirio, tu resteras une grande figure du club, par ta personnalité, ta gentillesse, ta sagesse. Amitiés à tes proches

T.R
Hommage a notre ami Porfirio qui nous quitte trop tôt. Adieu l’ami !

guyot
Très triste d’apprendre cette nouvelle. Porfirio avait un charisme et une dignité hors du commun, et je n’arrivais pas à m’empêcher de me demander quel aurait pu être son destin s’il n’avait pas été aveugle. C’est la figure patriarcale de la « diazpora »(comme je les appelais affectueusement) qui s’en est allée, et mes pensées vont à ceux et celles qui restent et qui doivent être bien tristes.

Franck
C’est avec tristesse que j’apprends sur mon site web favori le départ de Porfirio. Toutes mes pensées vont à ses proches !

Christine
Très triste et touchée par cette nouvelle. Porfirio avait encore beaucoup à nous transmettre, ne serait-ce que son amitié… Je suis de tout cœur avec ses proches.

py bernard
Je suis très triste d’apprendre le départ de Porfirio.
Touts mes pensées à Cécilia et toute sa famille, dans cette épreuve.

girardclos
Je me souviens avoir eu le plaisir de jouer contre Mr Porfirio en championnat par équipe (je jouais au Roi Blanc Montbéliard). Je ne connaissais pas l’histoire de Monsieur Porfirio à l’époque, tout ce dont je me souviens c’est qu’il jouait admirablement bien malgré son handicape et qu’il m’avait donné du fil à retordre ! Je garde un souvenir ému de ce sympathique Monsieur.

Pascal

Clément F.
Je suis très triste d’apprendre cette nouvelle. Mes quelques souvenirs sont une coupe 1700 jouée ensemble à Montbéliard et un homme d’une grande valeur avec qui j’aurais aimé plus partagé. Toutes mes pensées à ses proches.

Cécilia
Merci les amis
Vous êtes les bienvenus jeudi à 9 h 15 pour la cérémonie d’adieu à la Salle de l’Étoile, rue des Sapins à Saint-Ferjeux. La cérémonie sera suivie de l’inhumation à 11 h au cimetière de Saint-Ferjeux. Un verre de l’amitié est prévu après l’inhumation. D’ici là, Profirio est au funérarium, rue de Vesoul – salle Granvelle.

RÉPONDRE